« La Nanny » – Gilly Macmillan

Lu en : Juin 2020

Troisième lecture de cette auteure, et troisième réussite ! Gilly Macmillan aime parler de la maternité. Cette fois, elle met en avant la relation compliquée qu’entretiennent Jocelyn et sa mère. Incapables de se comprendre depuis toujours, Jocelyn, qui était partie s’installer aux Etats-Unis, est forcée de réintégrer la vaste demeure familiale auprès de sa mère lorsque son mari décède et que sa situation financière l’y contraint. Avec sa fille Ruby, la voilà projetée dans cette atmosphère anglaise un peu guindée, dans ce manoir où Virginia, sa mère maintenant veuve, se comporte en vrai châtelaine tyrannique et égocentrique. Jocelyn espère que cette situation ne sera que provisoire, aussi perçoit-elle assez mal la relation entre Ruby et sa grand-mère qui évolue vers une franche complicité, elle qui n’a jamais su communiquer avec sa mère. Jocelyn est particulièrement amère car sa nounou, Hannah, avait disparu du jour au lendemain sans laisser de trace alors qu’elle n’avait que sept ans, la laissant seule face à cette mère détestée qui semble bien plus maternelle à l’égard de sa petite fille.

Un jour; malgré l’interdiction formelle de Virginia, Jocelyn et Ruby utilisent la vieille barque remisée dans un hangar pour voguer sur le lac du manoir. Elles y découvrent un crâne humain ! Voilà qui suscite nombre de questions, notamment dans la petite ville où Virginia n’a pas forcément bonne presse…

En utilisant une narration alternée entre passé et présent ainsi qu’entre différents personnages, Gilly Macmillant laisse s’élever plusieurs voix dans ce thriller psychologique à l’ambiance totalement envoûtante ! La relation entre Jocelyn et Virginia est terrible, pourtant, on en vient à se demander si Virginia est vraiment aussi horrible que le pense sa fille, d’autant que son âge semble commencer à occasionner des faiblesses que Jocelyn est prompte à condamner. À côté des deux femmes qui ne communiquent que par remarques piquantes interposées se dresse Ruby, adorable petite fille au tempérament volubile.

Evidemment, des rebondissements vont venir agrémenter cette intrigue pour la rendre aussi crédible qu’inattendue !

C’est un sans-faute pour moi, car on se balade avec aisance dans des décors savamment décrits auprès de personnages relativement attachants, particulièrement Ruby et Virginia (j’avoue que Jocelyn m’a pas mal exaspérée…). L’absence de scènes d’action survitaminées n’empêche pas ce roman de se dévorer, ce qui en fait un thriller psychologique particulièrement addictif !

19 réflexions sur “« La Nanny » – Gilly Macmillan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s