« Rien ne t’efface » – Michel Bussi

Lu en : mars 2021

Rien ne t'efface par Bussi

Oui, je sais… J’avais dit « Capri Bussi, c’est fini !« . Il y a deux ans, j’avais abandonné ma lecture et décidé que jamais plus je ne sauterais sur un Bussi en grand format. Oui, mais c’était sans compter sur Yvan (encore !) et d’autres blogueurs qui m’ont rappelé à quel point Bussi reste le maître incontesté des twists finaux. Et je me suis dit qu’effectivement, hormis cet abandon, j’avais toujours apprécié de me faire retourner le cerveau par cet auteur retors, qui a l’art et la manière de vous présenter une vérité sur un plateau sans que vous l’ayez vue venir… À tel point que j’ai presque envie de relire ses livres en « sachant », pour vérifier quels indices j’ai laissés passer !

Tout ça pour dire qu’une fois de plus, mes prescripteurs avaient raison. Bussi nous conte l’histoire de Maddi. Elle est médecin, équilibrée, cartésienne. Mais il y a dix ans, son fils a disparu sur une plage de Saint-Jean-de-Luz. Alors quand, 10 ans plus tard, elle revient sur la plage où il a disparu et qu’elle tombe sur un enfant en tout point semblable à celui qu’était son fils à l’époque, Maddi remet en cause toutes ses certitudes, quitte à croire en l’incroyable, pour expliquer ce phénomène. Elle va même jusqu’à déménager en Auvergne pour approcher de plus près ce petit garçon, Tom, dont elle ressent qu’il est en danger.

Voilà, je n’en dirai pas plus. Je savais que Bussi allait m’avoir, alors je me suis gardée de faire des suppositions rocambolesques. Enfin… Au début ! Puis, j’ai quand même imaginé deux-trois trucs, simples mais totalement plausibles. L’air de rien, genre : « Naaan, je réfléchis pas, mais bon… » Mais bon quoi ? C’est même pas la peine d’essayer, parce que Bussi, il est vraiment trop fort…

Et une fois de plus, le final est spectaculairement simple et logique mais totalement inattendu. Bim, la claque !

J’ai donc adoré l’histoire ! Si je suis totalement honnête, je dois quand même admettre que j’ai parfois trouvé le temps un peu long. Certes, j’avais hâte de savoir, mais pas au point de repousser le sommeil. C’est peut-être un peu lié au fait que par moments, c’est Maddi qui nous racontait l’histoire, et je dois dire que malgré toute ma bonne volonté, j’ai eu du mal à accrocher à son personnage. Je lui ai largement préféré Nectaire (oui, les noms bizarres, c’est aussi la marque de fabrique de Bussi), qui a une tendance à diviser le monde en deux catégories, qui varient au fil de ses besoins. J’ai adoré son flegme et sa gentillesse. Sa gaucherie est touchante alors qu’il met tout en œuvre pour démêler le vrai du faux, nous embrouillant un peu plus au passage.

J’en garderai un excellent souvenir, comme toujours, parce que l’originalité des twists fait qu’on se souvient toujours des histoires de Bussi. Chapeau bas ! Et donc du coup, ça me rappelle de ne jamais dire jamais… 😏

6 réflexions sur “« Rien ne t’efface » – Michel Bussi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s