« La capture » – Nicolas Lebel

Lu en : Avril 2022

La capture : Qui sème les coups récolte la vengeance…

Ceux qui ont semé ? Les Furies, ce groupe de tueurs extrêmement organisés qui sont passés maîtres en l’art du camouflage de meurtres à coup de légendes excessivement bien ficelées.

Celle qui veut récolter la vengeance ? La lieutenante Chen, qui n’a pas digéré que les Furies dégomment la seule personne qu’elle appréciait : son coéquipier !

Maintenant, devinez ce qui arrive quand Nicolas Lebel réunit un flic dépressif à la larme facile, une inspectrice révoltée et sur la touche pour qui les contours légaux commencent à s’effacer et un vieux briscard à quelques heures de la quille ?

Vous l’aurez deviné, Nicolas Lebel joue sur sa corde préférée : des personnages complètement atypiques ! Il s’amuse à jouer avec nos certitudes et prête à ses personnages une conception toute personnelle de la justice ! Mais puisque la fin justifie les moyens, on pardonnera à Chen son manque cruel de délicatesse et d’empathie, surtout lorsque sa route croise deux gentils officiers de l’OCLCH dont la mission est de démasquer un odieux criminel de guerre dont ils doivent parvenir à prouver l’identité afin qu’il soit traduit en justice. Pour la défense de Chen, elle débarque à Morguélen, petit village breton dans lequel il ne se passe pas grand-chose, pour ne pas dire rien ! D’ailleurs, à son arrivée, c’est un enterrement qui tient lieu d’attraction ! Cette inaction est compliquée à gérer pour Chen qui a soif de réponses et de vengeance.

Il ne se passe donc rien en apparence dans ce petit coin tranquille, sauf que bien sûr, c’est en apparence seulement !

Nicolas Lebel aime parsemer ses intrigues d’éléments historiques, cette fois ne fera pas exception et on parlera crimes de guerre et pertes culturelles. Chen est toujours aussi adorablement imbuvable et ses acolytes du moment forment un duo inattendu mais fonctionnel !

Je regretterai juste un certain manque de dynamisme, mais cela se prêtait sans doute mieux au contexte. J’admets cependant une sacrée surprise finale, LE truc que je n’avais pas vu venir et qui me donne envie d’être à l’année prochaine pour comprendre la direction dans laquelle Nicolas Lebel décidera de nous emmener !

22 réflexions sur “« La capture » – Nicolas Lebel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s