« Adultère » – Paulo Coelho – Défi « Le Livre Voyageur », Session 1

Lu en : Octobre 2017

jungle-river-trails

Voici que je vous retrouve pour partager avec vous mon retour sur la lecture choisie pour cette première session du Livre Voyageur, organisée par Nina du Rest’o Littéraire et qui réuni 12 blogueurs durant 12 mois au fil desquels le livre va voyager de ville en ville… (entre la Belgique et la France).

Avant de vous livrer mon retour sur le livre, voici la liste des participants à qui je tiens à préciser que je suis extrêmement ravie de partager avec eux cette belle aventure ! :

  1. Septembre 2017 : Nina du Rest’o Littéraire  – Sa chronique
  2. Octobre 2017 : Nath de « Mes Lectures du Dimanche » – (pour vous servir ! Ma chronique ci-dessous !)
  3. Novembre 2017 : Carolane de « La Bibliothèque de Caro »
  4. Décembre 2017 : Rose de « Les Livres de Rose »
  5. Janvier 2018 : Aelys de « Figures de style »
  6. Février 2018 : Claire de « La Tête en Claire »
  7. Mars 2018 : Revanbane45 de « ReadLookHear »
  8.  Avril 2018 : C&T ou T&C de « Ô Grimoire ! »
  9.  Mai 2018 : Ali de « Ali et ses lectures »
  10.  Juin 2018 : Aline de « Miss Aline li » [FB]
  11.  Juillet 2018 : Sam de « Sam délivre ses livres »
  12. Août 2018 : Geneviève de « Collectif Polar : chronique de nuit » (Holala ma Ge, ça va te changer de tes lectures noires !)

41vzEr+lFYLRevenons-en au livre… L’histoire est celle de Linda, 31 ans, mariée à un homme aussi gentil que riche, qui l’aime, qu’elle aime… Elle a deux beaux enfants, une merveilleuse maison, un travail qui lui permet de s’épanouir et qu’elle adore… Oui mais voilà, quelque chose ne va pas… Quelque chose, mais Linda ne sait pas quoi ! A l’époque du burn-out et autres joyeusetés, même si c’est un fait dérangeant, ce n’est pour autant pas anormal de sombrer dans la dépression alors que tout dans la vie semble nous sourire…

Pour soigner son mal-être sans tomber dans le travers d’un suivi psychologique et (in fine) se retrouver enfermée dans une camisole chimique, Linda s’engouffre dans une relation extra-conjugale…

Bon ! J’en ai pensé quoi, moi ??? Outre le fait que durant les deux jours qu’a duré ma lecture, je me suis efforcée de ne jamais en laisser voir la couverture à mon mari qui est bien éloigné de l’image de celui de notre héroïne (oui, enfin, héroïne…) et qu’un titre pareil aurait vite fait de rendre « soupçonneux », et bien cette lecture me laisse totalement perplexe ! Je ne suis pas une inconditionnelle de Coelho, mais j’ai quand même lu l’Alchimiste… Je reconnais dans cet ouvrage une plume soignée, une facilité à dévorer les pages et ce besoin qu’a l’auteur de nous faire passer, au travers de ses écrits, des valeurs qui semblent lui être fondamentales, telle que la culture de l’Amour… Il est évident que le chemin dans lequel il emmène Linda (je refuse de l’appeler héroïne une fois de plus !) tend à nous prouver que si parfois le chemin est tortueux, l’Amour se révèle à la fois la solution et la Vérité. Bien. Je ne conteste pas le principe. C’est même une très belle manière de gérer sa vie. Ce que je conteste, ce sont les moyens utilisés dans cette histoire.

Aïe, je vais devoir me justifier… Tout d’abord (c’est un avis purement personnel), j’estime que quand la vie nous apporte l’amour, la stabilité professionnelle et financière, la santé (la sienne et celle de notre entourage), il me paraît totalement impossible de s’engouffrer dans un tel trou noir. Encore que… J’admet qu’une nouvelle fois, cette opinion tranchante est directement liée à mon passé durant lequel tout n’a pas toujours été très rose. Dès lors, avec un vécu difficile, il est très facile de trouver à du gris clair la couleur du bonheur ! Je suis adepte du Carpe Diem, si bien qu’un câlin de mes enfants, un dîner entre amis, un mot doux de mon mari sont suffisants pour me mettre du baume au cœur et qu’il est donc pour moi totalement impensable de déprimer sans savoir pourquoi ! MAIS je suis aussi totalement consciente, pour avoir soutenu des proches, qu’on ne tombe pas dans la dépression par désir et qu’il s’agit bien d’une maladie. Donc, je précise que, bien que les circonstances de la dépression de Linda me semblent incompréhensibles, je ne rejette en aucun cas son état. Elle est malade, elle a besoin d’aide. Oui mais… Comment une femme qui prétend aimer son mari peut-elle se jeter à corps perdu dans une relation extra-conjugale des plus sinistres (bonjour le concept de la femme-objet dans cette relation) ? Là, ça me dépasse complètement… J’ai l’impression qu’où le bât blesse, c’est que l’histoire ait été écrite par un homme… Encore que je puisse bien évidemment me tromper (je ne suis pas féministe !), mais j’ai plutôt l’impression qu’une femme ne trompe jamais son cœur… Non pas que jamais femme ne trompe son mari, au contraire… Mais il me semble que lorsque c’est le cas, c’est justement parce que son mari ne possède plus son cœur ! Oui, je sais, je suis particulièrement butée sur certains points 🙂 !

En conclusion, j’ai bien compris le message, écrit avec beaucoup de poésie par un auteur de talent. C’est le point que j’ai aimé. J’ai par contre totalement détesté le moyen utilisé pour véhiculer ce message. A l’instar de Nina, j’ai trouvé superflues les scènes particulièrement crues. Et je n’ai ressenti absolument aucune empathie pour la narratrice qui a tout tenté pour justifier son adultère. Et, toujours comme Nina, je pense que dans la vraie vie, un mari comme celui de Linda, ça n’existe pas…

Voilà pour mon retour et j’avoue que j’attends avec impatience que les mois s’écoulent pour recueillir les avis des autres participants à cette belle aventure d’échange ; aventure pour laquelle je tiens particulièrement à remercier Nina qui nous l’a préparée avec beaucoup de soin pour que nous en conservions tous un très joli souvenir !

12 réflexions sur “« Adultère » – Paulo Coelho – Défi « Le Livre Voyageur », Session 1

  1. Une superbe chronique qui révèle encore des points communs sur le ressenti de la lecture ! Je pense que tu as mis le doigt où il fallait en disait que l’histoire a été écrite par un homme… Et je te remercie pour cette participation et ce super retour que j’attendais avec impatience 😊
    J’ajoute ta chronique dès demain à la page dédié au défi !

    Aimé par 1 personne

  2. Coucou, j’adorais le principe du livre voyageur mais finalement le livre ne me tentait pas assez et je ne voulais pas me forcer. Ton avis ne donne pas franchement envie de le lire. Je connais un homme comme le personnage principal de ce roman (tout pour être heureux mais crise de milieu de vie et adultère), mais en creusant on peut percevoir les failles sous tout ce vernis doré et l’adultère avait un certain sens ce qui aurait pu être intéressant dans un livre. Mais ce résumé-ci ne me tentait pas, et le fait qu’une telle histoire soit écrite par un homme me rendait dubitative malgré de bonnes expériences de lectures : j’adore Zweig (24h de la vie d’une femme ou Ivresse de la métamorphose) et j’ai aimé le livre d’Eric Reinhart, donnant sa voix à une femme dans L’amour et les forêts (il s’est grandement inspiré d’un témoignage cela dit).
    Du coup, pour le livre voyageur, vous écrivez des petits trucs sur le livre ou pas ? (j’ai vu que certains faisaient ça, je suis curieuse !)

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : Défi « Le Livre Voyageur  Session 1 – « Adultère  de Paulo Coelho | «Le Rest'o Littéraire

  4. Ping : Adultère, Paulo Coelho – La bibliothèque de Caro

  5. Ping : « Adultère » de Paulo Coelho – Les livres de Rose

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s