« Pourquoi moi » – Chelsea Cain

Lu en : Octobre 2018

pourquoi moiDébut 2018, j’ai été conquise par une série télé : Gone ! Lorsque j’ai appris que la série était tirée d’un roman, je n’ai pas hésité longtemps avant de l’acheter ! Dans la foulée, j’ai découvert qu’il n’y aurait probablement pas de saison 2 (snifff) et que le second roman de Chelsea Cain dans la série n’était pas disponible en français  (re-snifff !) ! Bon ! Malgré tout, j’ai quand même fini par m’y mettre…

Notre héroïne s’appelle Kit Lannigan, mais elle n’utilise désormais plus que le surnom de Kick, surnom qui va à ravir à cette guerrière, adepte des arts martiaux, pro des armes à feu, douée dans le crochetage de serrures, les muscles constamment tendus, toujours prêts à distribuer des coups ou prendre la fuite… Tout simplement parce que Kick est une survivante ! Enlevée à l’âge de six ans, elle est miraculeusement (et un peu par hasard !) retrouvée cinq ans plus tard… Cinq années qui ont fait d’elle une autre personne !

Âgée de 21 ans au moment où commence notre histoire, Kick est devenue une adulte quelque peu asociale, en désaccord avec sa mère qui a surmonté le traumatisme de l’enlèvement de sa fille en le médiatisant à outrance, continuant à jouer cette carte 10 ans plus tard, ce qui empêche Kick de replonger dans l’anonymat. A ses heures perdues, Kick se focalise sur les enfants enlevés, impuissante. Jusqu’au jour où elle reçoit la visite de John Bishop, ex-vendeur d’armes dont l’employeur actuel ne semble pas lésiner sur les moyens, qui requiert son aide pour retrouver deux enfants récemment kidnappés…

J’ai d’abord été déroutée, parce que le gentil Bishop de la série (incarné par Danny Pino) est un agent fédéral droit et honnête, alors que le Bishop du livre est un style de mercenaire macho, désagréable (en résumé : un connard !) et dont les méthodes ne sont pas forcément orthodoxes ! Bon, ça fait un gros changement quand même ! De même que la quasi-absence, dans le livre, de Franck, l’agent fédéral qui a sauvé Kick enfant, alors qu’il est omniprésent dans la série.

Par contre, l’avantage du livre est de vraiment avoir creusé le personnage de Kick, l’ambivalence de ses sentiments par rapport à Mel, son kidnappeur, et également sa force (physique) mais aussi sa faiblesse (morale), le tout faisant d’elle une véritable bombe à retardement ! Elle m’a semblé bien plus fragile que dans la série, c’est vraiment une victime, même si Bishop ne la traite pas du tout comme telle.

Grosso-modo, je savais très bien à quoi m’attendre, j’ai donc bien apprécié la lecture, heureuse de retrouver Kick qui est un personnage que j’affectionne. Malgré ce Bishop imbuvable (mais dont la cote remonte plutôt pas mal sur la fin), ce fut une agréable lecture, correspondant bien à l’idée que je m’en était faite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s