« Dolores Claiborne » – Stephen King

Lu en : Novembre 2020

Dolores Claiborne – livre de Stephen King - Club STEPHEN KING

Aujourd’hui, je vous reviens avec ce tout grand classique du King, et ce, dans le cadre du challenge « l’automne du King » de Tomabooks. Le King nous entraîne (encore) dans le Maine, sur une petite île en apparence tranquille. Dolores est une vieille dame maintenant, qui a travaillé de très longues années au service de Vera Donovan, riche estivante qui, à l’heure de sa vieillesse, s’est installée définitivement sur l’île. Vera a toujours été une peste, méchante, constamment à la recherche de la faute, et a renvoyé un nombre incalculable d’employées de maison. Sauf Dolores, la seule a lui avoir parfois tenu tête, tout en étant irréprochable dans son travail. Mais lorsque Vera décède dans des circonstances pas tout à fait claires, Dolores se retrouve sur la sellette. Et si elle clame qu’elle n’a rien à voir avec l’accident de Vera, en ce qui concerne le décès de son mari, survenu trente ans plus tôt, un éclaircissement s’impose… Et voilà que commence la confession de Dolores, un peu confuse, qui entame l’histoire dans la chronologie qu’elle a choisie. Elle va nous plonger dans le quotidien d’une vieille femme que la sénilité guette et qui était hantée par d’étranges terreurs. Une vieille femme qui, pourtant, dans ces moments de lucidité, n’aura de cesse de tourmenter sa plus fidèle employée. Et c’est un étrange récit d’amour-haine que l’on découvre. Dolores s’attache ensuite à nous parler de sa vie personnelle, son mariage, ses enfants. Et malheureusement pour elle, celui qu’elle a pris pour époux est un sacré connard, qui a la main légère et une sérieuse tendance à copiner avec la bouteille.

Ce roman, construit comme une confession, sans chapitres ni dialogues autres que ceux rapportés par la narratrice, est particulièrement prenant. Il est impossible de ne pas s’attacher à Dolores et ses expressions tour à tour naïves ou crues. Une nouvelle fois se posera pour le lecteur la question de la culpabilité. Il y a la loi, et puis il y a les faits. Dans ce monde ni tout blanc ni tout noir, Stephen King nous enlève par sa plume ensorcelante. Le récit de Dolores est simple et puissant. Le King signe ici un roman époustouflant d’humanité, à la rencontre de deux femmes que la vie n’a pas épargnées.

« En fin de compte c’est les garces qui survivent dans ce monde… » ça, Dolores, je n’en sais rien, mais ce que je sais, c’est que tu survivras longtemps dans mon cœur de lectrice…

27 réflexions sur “« Dolores Claiborne » – Stephen King

      1. Et bien de mon côté, j’ai beaucoup aimé Mr Mercedes (où le fantastique est absent) et les 2 suites (le fantastique revient dans le dernier) ainsi que l’outsider où revient un personnage. Avec le fantastique, il y a Sac d’os que j’avais adoré. Sinon l’incontournable la ligne verte ou misery… ado, j’avais été secouée par Rage (écrit sous son pseudo Richard Bachman). Ça dépend un peu de ce que tu recherches !

        Aimé par 1 personne

  1. Ping : Le top 10 de nos lecteur #3 , « les coups de coeur » de Nath épisode 2 – Collectif polar : chronique de nuit

  2. Ping : Les « Top 10 du Noir 2020 » de Mes Lectures du Dimanche – Partie 2 : « Les Boss » – Mes Lectures du Dimanche

  3. Ping : Le top 10 de nos lecteurs #3 , « les coups de coeur » de Nath épisode 2 – Collectif polar : chronique de nuit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s