« Le Sacre des Impies » – Ghislain Gilberti

Lu en : Décembre 2020

Le Sacre des Impies par Gilberti

Ainsi s’achève la Trilogie des Ombres… A moins qu’en fait, ici elle commence ? Un peu les deux, finalement, parce que dans ce dernier volet, nous repartirons aux origines de Borderline, à la naissance de l’idéologie des Anges de Babylone, mais aussi à sa conclusion et au terrible combat final entre les forces de l’ordre et les « terroristes ». Et dans ce combat « Bien » contre « Mal », il ne sera pas rare de trouver du Bien dans le Mal et inversement…

C’est un tome intimiste qui nous plonge au cœur de l’enfer que certains parents sont capables de faire vivre à leurs enfants et des conséquences fâcheuses que cela induit. C’est aussi une critique acide du système tout en étant un plaidoyer pour la loi, une balance que l’auteur n’a de cesse d’équilibrer selon qu’il est tour à tour en train de nous narrer le quotidien des uns ou des autres. Nul doute qu’une part du discours des Anges ne peut que nous atteindre, et fou serait celui qui n’y reconnaît pas une part de vérité ou d’injustice. Mais les idéaux ne justifient pas toutes les dérives, et Cécile Sanchez, malgré elle, devra replonger corps et âme pour stopper l’hémorragie du Mal qui dévaste tout sur son passage, sans le moindre remords.

Si j’ai eu souvent envie de tendre la main à Lolita, Sé, Kabuki, Mary et tous les autres, ce tome m’a enragée contre Faust. Et là est toute la problématique d’un leader charismatique mais manipulateur. Celui-là est un monstre pur jus, et même les effroyables circonstances qui l’ont conduit à sa destinée n’ont pas suffi à me mener à l’empathie que j’ai eue pour tous les autres !

Personne ne sera épargné dans ce tome, ni les personnages, ni les lecteurs, ni même l’auteur, si l’on s’en réfère à sa préface touchante.

Les ingrédients qui ont fait les premiers tomes se retrouvent ici : violence, abus en tout genre, convictions extrémistes, scènes de guerre, lourdes pertes dans un camp comme dans l’autre. Une action menée tambour battant sans être dénuée d’émotion. Des personnages forts et profonds qui marquent les lecteurs.

Cet amoncellement de points positifs fait que j’ai hésité longtemps avant de faire état d’un petit bémol, parce que pour moi, cette histoire est irréprochable, mais étant donné que ça m’a trop souvent exaspéré dans ma lecture, je me dois d’en faire part : trop d’erreurs dans le texte, en tout cas, suffisamment pour me faire tiquer.

Mais pour le reste, cette conclusion est digne du final du plus fascinant des feux d’artifice !

Je ne peux que vous conseiller de découvrir les trois tomes dans l’ordre, et de ne pas trop en éloigner la lecture, afin d’être en totale immersion. Mais gardez en tête ce qu’aurait dit Dante Alighieri, quand vous plongerez dans ces lignes : « Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance. »

16 réflexions sur “« Le Sacre des Impies » – Ghislain Gilberti

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s