« Tu marches parmi les ruines » – Tyler Keevil

Lu en : février 2022

Tu t’es prêtée à cet exercice pour le moins étonnant en lisant ce livre dans lequel le narrateur s’adresse à l’héroïne. Est-ce que c’est courant ? Tu n’en sais rien, c’est bien la première fois que tu lis un truc comme ça ! Et tu avoues volontiers que la forme est particulièrement perturbante. Ok, mais et le fond ? Tu en as pensé quoi ?

Voilà exactement comment se présente « Tu marches parmi les ruines ». Au début, c’est franchement déroutant. J’ai d’abord attendu un, deux, cinq chapitres en espérant que ça change pour finir par me résigner, et même m’adapter, ce qui a fluidifié ma lecture.

Donc, le narrateur conte à Eira sa propre histoire, celle d’une vie qu’on choisit, souvent, qu’on subit, parfois. Parce que ça n’était pas son choix de se retrouver veuve à 31 ans, ni même de voir son mari se faire poignarder bêtement dans un bus. Eira perd goût à tout et décide de quitter Londres et d’embarquer pour Pragues.

J’ai eu énormément de mal avec le personnage d’Eira. J’ai toujours du mal à définir si elle était vraiment effondrée par la perte de son mari ou effondrée de se découvrir frappée par un sentiment étrange de liberté retrouvée. Impossible, donc, de comprendre son cheminement psychologique, alors même qu’elle s’embarque pour la ville où son mari lui avait fait sa demande. Au départ, c’est un peu comme une coquille vide qui erre. Heureusement, à l’arrivée d’un rebondissement, ses sentiments humains semblent plus clairs. Elle se révèle combative et déterminée. Enfin, je l’apprécie…

Et « ça » arrive parce que, désœuvrée dans Prague, elle doit se décider à gagner un peu d’argent. Pour le faire vite alors qu’elle ne parle même pas la langue, hormis quelques rudiments, il ne reste évidemment que les actions illégales, aussi accepte-t-elle de se transformer en transporteur. Elle apporte une valise, elle repart avec un paquet. Pas de questions, pas de complications. Elle prend et elle repart. Mais si notre ami Statham était un transporteur vraiment discret, ce n’est pas le cas d’Eira qui succombe à la curiosité et, lorsque qu’arrive le moment de ramener le paquet, elle fait ses propres choix.

Évidemment, dès que l’intrigue se décide à démarrer (il faut quand même attendre la moitié du bouquin !), le regain d’intérêt est évident. Cependant, les barrières liées à la narration n’ont pas eu raison de mes réticences et j’ai terminé ce roman laborieusement. Il n’empêche, je pense que cette histoire peut trouver son public, eu égard à cette étrange mais courageuse héroïne que j’ai eu beaucoup de mal à cerner et à ces quelques personnages attachants qui vont l’entourer. On aura même droit à une explication logique (et dramatique) au pourquoi de ce choix de narration. Mais tous ces bons aspects n’ont, pour ma part, pas été suffisants pour me faire apprécier ma lecture, et j’en suis la première navrée, d’autant plus qu’il s’agissait d’une lecture proposée par Babelio et les Editions du Seuil, que je remercie au passage !

18 réflexions sur “« Tu marches parmi les ruines » – Tyler Keevil

Répondre à Nath - Mes Lectures du Dimanche Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s