« Brume rouge » – Nicolas Feuz

Lu en : Février 2022

Jemsen is back ! Voilà une nouvelle qui me fait plaisir !

Cette fois, le procureur est chargé d’une sordide histoire dans laquelle un malade semble choisir ses victimes sur base de leur prénom. Et pas n’importe lequel ! Parce qu’en fait, l’assassin est fondamentalement anti-écolo, et Greta Thunberg, en particulier, l’énerve prodigieusement, au point qu’il veuille se débarrasser de ses homonymes !

Évidemment, il n’est pas né détraqué ou obsédé par l’anti-écologie, et Nicolas Feuz nous permettra de revenir sur le passé de cet assassin et ce qui a fait de lui un monstre capable de tuer de sang-froid juste à cause d’un prénom.

Parallèlement, Jemsen doit aussi faire face à une petite nouveauté dans sa vie privée qui lui fait commettre une bévue. Difficile d’enquêter tout en se débattant contre un blâme et l’attention des médias, cependant Jemsen peut, comme toujours, compter sur l’admirable Flavie, son assistante et amie.

L’occasion aussi de prendre des nouvelles de Tanja (même si Nicolas Feuz a l’art et la manière de provoquer une frustration intolérable chez ses lecteurs !).

Une fois de plus, Nicolas Feuz a misé sur une action rapide, rebondissante et dynamique. Un cocktail qui fonctionne toujours avec moi !

Les incursions dans le passé sont également le prétexte pour revenir sur certaines idées reçues d’une époque révolue dans laquelle le jugement était prompt et tranchant. Un rappel aussi des incohérences du système qui peuvent mener à des drames familiaux aux conséquences fâcheuses.

Ce que j’ai énormément apprécié aussi, c’est l’approche de l’urgence écologique émise tout en subtilité, sans ton moralisateur et même avec une touche d’humour qui, loin de me faire grincer des dents comme certains ont pu le faire avec d’autres procédés, m’ont beaucoup plu ! Oui, je bosse toujours dans l’énergie, je contribue toujours à diminuer les émissions de CO2 de l’industrie belge, alors non, je n’aime toujours pas me faire engueuler de mon inconscience écologique par thrillers interposés (Et oui, ma digestion est difficile…). Du coup, respect, Nicolas Feuz, parce que cette fois, c’est très bien passé !

Le cru « Feuz 2022 » dispose d’un enrobage parfait et s’engloutit frénétiquement au rythme d’une écriture tranchante et parfois un peu piquante ou drôle, et il est servi avec une judicieuse alternance de temporalités qui achève de régaler… Que demander de plus ? Une explication sur le dernier paragraphe, peut-être ??? 😝 (Désolée, la patience n’est pas ma principale qualité !). Un grand merci aux Editions Slatkine pour leur confiance.

14 réflexions sur “« Brume rouge » – Nicolas Feuz

  1. Ton inconscience écologique ? A cause de ton emploi ? Alors les employés des entreprises énergétiques seraient les grands responsables de la situation écologique actuelle ? 🤔 C’est un raccourci un peu facile…
    En tout cas, il doit être sacrément révolter contre les militants ce tueur pour s’en prendre à toutes ces Greta Thunberg qui croisent sont chemins 🤭 Je me demande bien pourquoi ce titre d’ailleurs, Brume rouge. 😊 Merci pour la découverte !

    Aimé par 1 personne

    1. Ma petite indigestion provient de « Impact », lu et chroniqué en 2020, et que j’ai vraiment pris comme une attaque personnelle car c’est un peu un pamphlet dirigé contre les grosses industries. Alors évidemment, ça avait du sens par rapport à l’histoire, mais compte tenu de ma profession, j’ai eu très dur à finir ce livre. J’en ai parlé avec l’auteur qui a compris que j’aie pu le prendre personnellement, même si ce n’était évidemment pas son but… Cependant, je reste toujours très « vive » à l’évocation de ce titre, et c’est justement ce qui m’a fait apprécier la subtilité de Nicolas Feuz concernant l’urgence écologique qui est, j’en suis la première consciente, vraiment une urgence ! Voilà, je suis un peu susceptible, tu l’auras compris 😅

      J’aime

      1. Le seule de l’auteur que je n’ai pas lu encore, c’est bien que tu es eu l’occasion d’en discuter avec Olivier Norek lui-même ! J’espère que votre conversation a su trouver un terme en bonne entente d’ailleurs. 🙂
        Susceptible, je ne sais pas si c’est le mot juste. Disons que tu as certainement un autre regard, ou du moins un regard plus professionnel et plus étendu sur le sujet, mais que ce genre de « remontrance » écologique doit être monnaie courante dans ton emploi, par des personnes pas toujours bien informée, et c’est sûrement pesant sur le long terme. 🤔

        Aimé par 1 personne

      2. Honnêtement, je ne dirais pas que Norek n’était pas bien renseigné, bien au contraire et je lui reconnais la minutie de son travail de recherche, mais forcément, pour appuyer l’argumentation, il n’a pas mis l’accent sur les côtés positifs qui peuvent nuancer le discours… et je vois que ça a réveillé pas mal de conscience de lecteurs et ça c’est bien… mais forcément, je me sentais obligée de prendre la défense de mes entreprises. Et j’ai apprécié que l’auteur le comprenne aussi ! Maintenant, j’avoue (avec fierté quand même) qu’en Belgique, les entreprises sont vraiment actives pour cette problématique depuis de longues années, sous l’impulsion des instances politiques. Et je crois du coup qu’elles y sont plus sensibles que dans d’autres pays.

        Aimé par 1 personne

      3. Oh mince, je me suis mal exprimée quand je parlais de personnes mal informée, je ne parlais pas spécifiquement de l’auteur. Car je ne doute pas, au vu de ces précédents romans que Olivier Norek se soit bien renseigné sur le sujet avant d’écrire, je trouve que ça fait d’ailleurs beaucoup dans son écriture. Je parlais plutôt de remarque en général, au détour d’une conversation, j’imagine que l’écologie revient souvent sur la table quand tu parles de ton emploie.

        Et tu peux l’avouer avec fierté, tu es bien placée pour connaître le sujet. 🙂

        Aimé par 1 personne

Répondre à Les Lectures de Maud Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s