« Gwendy et la boîte à boutons » – Stephen King & Richard Chizmar

Lu en : Septembre 2018

Gwendy et la boite a boutons.png

Nous voici transporté en 1974, dans cette bonne ville de Castle Rock où vit Gwendy Peterson, 12 ans. Elle est un peu trop ronde, pas assez populaire, avec des parents qui boivent un petit peu trop… Une vie moyenne pour une jeune fille qui manque de confiance en elle. Mais un jour, elle fait la rencontre d’un étranger qui semble très bien la connaître. Après quelques minutes de conversation, il lui remet une boîte, sur laquelle se trouve des « manettes » et des « boutons ». Autant les manettes lui sont présentées de manière à être utilisées à sa guise, autant l’homme la prévient des dangers liés aux boutons, dont un est particulièrement dangereux…

Avec cette responsabilité sur les épaules, Gwendy vit sa vie, qui semble miraculeusement tourner de mieux en mieux ! Mais le pouvoir de la « boîte à boutons » a sa volonté propre !

Comment une si jeune fille va-t-elle gérer cela ? Et pourquoi a-t-elle le sentiment que l’étranger n’est jamais loin ? Finalement, cette boîte, bénédiction ou fardeau ?

Honnêtement, si n’importe quel autre nom d’auteur s’était trouvé sur la couverture, j’aurais vraiment adoré cette courte histoire. Mais avec le nom du King en guise d’accroche, j’étais totalement persuadée que j’allais frissonner, voire même contourner ma liseuse avec anxiété par moment, comme ce fut le cas lorsque je lisais « Sac d’Os » (il n’y a que 18 ans de cela…).

Mais non. C’était gentil, pas très sanglant, moins effrayant que les derniers tomes d’Harry Potter !

Du coup, si l’idée de base me semblait prometteuse, quoiqu’il s’agisse d’un thème plutôt classique, j’ai regretté la « gentillesse » de l’histoire, le manque de profondeur. Mais encore une fois, j’aurais été bien plus clémente sans le nom de l’auteur sur la couverture car, abstraction faite de ce « détail », j’avoue honnêtement avoir beaucoup aimé l’histoire. Les plumes conjointes nous fournissant un récit léger, enivrant, qui se dévore à la vitesse d’un chocolat magique que nous délivrerait la boîte à boutons.

Un moment de lecture très agréable que je dois, et je les en remercie pour cela, aux Editions « Le Livre de Poche« , ainsi qu’à la plateforme NetGalley !

13 réflexions sur “« Gwendy et la boîte à boutons » – Stephen King & Richard Chizmar

  1. C’est vrai qu’on serait en droit d’en attendre davantage de Stephen King mais j’ai personnellement réussi à faire abstraction. C’était sympathique, court et plus léger que ses autres romans. J’ai presque cru à un conte pendant une bonne partie de ma lecture. Après, évidemment, ça ne vaut pas d’autres romans de King.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s