« Haut le chœur » – Gaëlle Perrin-Guillet

Lu en : Février 2019

haut le choeur.jpg

Aujourd’hui, me voici de retour pour une chronique d’une lecture qui m’a été proposée par les Editions Taurnada, une maison d’éditions que j’ai découverte grâce à Anaïs, célèbre Serial Lectrice au travers de son retour sur « Le Vase Rose » (mon retour ici).

Pour la troisième fois, Taurnada me propose une lecture alléchante, et je ne résiste pas !

En cette période de Saint-Valentin, ce n’est pas sur ce blog que vous trouverez de belles idées de lectures romantiques, pourtant c’est bien d’une histoire d’amour qu’il s’agit ici ! Sauf qu’en guise de pétales de

roses, ce seront des cadavres qui jalonneront la route de nos amoureux…

Clarifions : Il y a quelques années, Alix Flament a vu sa carrière de journaliste d’investigation décoller grâce à une séquence d’entretiens qu’elle a mené avec une criminelle incarcérée pour une série de meurtres particulièrement sordides et qui ont conduit à la publication d’un livre. Et pourtant, Alix vit dans la peur qu’Eloane Frezet, la meurtrière héroïne de son livre, honore la promesse qu’elle lui a faite quelques années plus tôt : « Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver. » Alors lorsque ce jour arrive, lorsqu’Eloane s’évade de prison et réserve sa première pensée à Alix en lui passant un coup de fil, ni Alix ni la police ne doutent de la tournure sanglante que vont prendre les événements… Et la traque sera d’autant plus difficile qu’il n’y a pas de logique dans la victimologie, la tueuse s’en prenant sans restriction à tout type de proies : hommes, femmes, enfants…

La seule piste qui émane des entretiens entre la journaliste et la tueuse est ce leitmotiv récurrent : Eloane agit par amour !

Une chose est sûre, la plongée dans l’action se fait dès les premiers mots ! Ça tombe bien, parce que j’apprécie quand l’action démarre très vite. L’auteur met l’accent sur la quête du pourquoi qui permettra de comprendre le comment. La rapidité de la narration prend le pas sur le style qui se doit d’être direct et sans fioriture. J’aurais peut-être aimé que certains personnages soient mieux développés afin de permettre au lecteur de ressentir un peu plus d’empathie à leur égard, mais j’ai le sentiment que cela n’était pas l’objectif de l’auteur qui s’est concentrée sur le mobile, distillant suffisamment d’éléments pour permettre aux lecteurs d’arriver à la bonne conclusion en même temps (voire même avant !) l’équipe enquêteurs. Mention spéciale pour la toute fin qui m’a fichu une sacrée claque !

Taurnada aime l’action, Haut le Chœur nous le prouve une nouvelle fois avec cette sortie prévue le 14 mars ! Mais d’ici-là, méditez donc ceci : Et vous, pourriez-vous tuer par amour ???

15 réflexions sur “« Haut le chœur » – Gaëlle Perrin-Guillet

      1. Isabelle

        Hi hi 🤣😂
        Ça peut parfois être bien d’avoir l’appétit coupé 😁
        Blague à part, c’est ce côté effrayant qui ressort de ta chronique qui m’attire. Oui, je sais, un peu glauque mais qui se ressemble,… 😉

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s