« Là où les chiens aboient par la queue » – Estelle-Sarah Bulle

Lu en : Décembre 2018

là où les chiens aboient par la queue

On continue dans les lectures du Prix Première avec ce titre énigmatique pour un roman haut en couleur !

Il s’agit ici d’une saga familiale à plusieurs voix, initiée par le besoin qu’a Eulalie de comprendre ses origines, elle, guadeloupéenne par son père, née à Paris. Pour retracer l’histoire de la famille Ezéchiel, c’est tour à tour Antoine, la tante farfelue, Lucinde, sa sœur plus guindée, ou encore Petit-Frère, leur frère et père d’Eulalie qui livrent par morceaux l’histoire d’une famille issue d’un village paumé de Guadeloupe qui rêve d’exil et de réussite.

Chacun à sa manière, colorée, maniérée ou nostalgique, nous emmène fouler le sol de la Gadeloupe, de Morne-Galant à Pointe-à-Pitre, sur fond de la grande Histoire où se mêleront aspect géo-politiques et financiers autant qu’amours et carrières de nos naufragés.

Naufragés, c’est comme ça que je les vois, moi, ces Français « importés » qui ont quitté la lumineuse et colorée Guadeloupe pour arriver en France où le racisme ternit leur éclat.

J’ai trouvé dans cette saga empreinte d’exotisme, ne fut-ce que par le vocabulaire créole savamment distillé, beaucoup de douce folie entre labeur acharné et joie de vivre, surtout chez Antoine la loufoque. Mais j’ai vraiment ressenti comme une fracture leur arrivée en France, comme si la lumière était restée dans les îles. Cela me semble bien résumer la difficulté de vivre en exil, même si celui-ci est voulu !

Cette lecture, bien loin de ma zone de confort, s’est révélée agréable bien que je regrette, dans ce genre d’histoire, l’impression qu’il n’y a pas d’autre finalité que celle de voyager (mais ça, c’est un avis tout personnel !).

6 réflexions sur “« Là où les chiens aboient par la queue » – Estelle-Sarah Bulle

  1. Ping : Prix Première 2019 – Mes Lectures du Dimanche

  2. Moi j’ai beaucoup aimé cette histoire. J’ai aimé ces 3 personnages. Surtout Antoine et sans prénom qui protège du mauvais oeil.
    J’ai peut-être été un peu troublée par les dialogues en créoles, parfois il me fallait faire marché mes méninges pour comprendre certains mots ou expressions. Mais ce parlé va si bien avec l’histoire. Une belle découverte

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s