« Khan Tengri: Un conte de la vie à l’endroit » – Patrick Meurice

Lu en : Juillet 2019

Khan-TengriUne fois n’est pas coutume, il faut commencer cette chronique par un peu de racontage de vie pour vous expliquer comment ce livre a atterri dans mes mains. Mon fiston (bientôt 10 ans) fait du karaté depuis maintenant 5 ans. Dans son club évoluent à la fois des adultes et des enfants. Bien sûr, au bout de cinq ans, on finit par sympathiser avec un peu tout le monde, des autres parents aux pratiquants, et j’ai découvert quelques lecteurs assidus dans le lot, ce qui amène pas mal d’échanges ! Je suis d’ailleurs assez fière d’avoir provoquer une réelle addiction à Thilliez et à Norek chez une lectrice que j’apprécie particulièrement 🙂 ! Tout ça pour dire que, dans les karatékas adultes du club, j’ai appris (pas par lui !) que l’un d’entre eux avait écrit un livre ! Donc, bien sûr, je l’ai acheté et conservé bien au chaud dans ma PAL pour l’emmener en vacances. En effet, on est dans un style bien éloigné de ma zone de confort, donc je voulais être dans les conditions optimales pour le savourer.

Et donc sur la douce plage de Tsabou à Samos, j’ai entamé un voyage dans le voyage, laissant mon esprit s’envoler vers le royaume de Khan Tengri.

Dans ses lignes, l’auteur nous conte l’histoire de Simon, un fonctionnaire consultant belge qui parcourt les états pour optimiser les administrations. Si la description de la fonction semble rébarbative, le texte ne l’est pas, posant seulement les jalons de l’histoire afin de mieux nous y entraîner. Lorsqu’il est envoyé en mission au Khan Tengri, aux confins du Kirghizstan et de la Chine, il se retrouve dans un décor majestueux et hors du temps dans un tout petit état dirigé par un roi des plus excentriques. Une fois à Inylcheck, qui est la capitale mais aussi la seule ville du royaume, il découvre un petit bout de paradis à 4.000 mètres d’altitude dans lequel les habitants semblent couler des jours paisibles, sous les yeux attentifs du roi Khan Tirik. Ce dernier, s’il vit dans un luxe démesuré, semble toutefois sensible à la nature et ouvert à ses messages. Persuadé de l’avoir déçue, il se sent condamné et, au travers de sa rencontre avec Simon, cherche à percer un mystère dont il croit Simon et son épouse détenteurs. Ainsi, dans sa quête, il fait signer à Simon une clause de confidentialité lui interdisant de révéler le moindre détail privé de sa mission, même à son épouse. Et voilà que le roi se met à tester les résistances de Simon qui, parallèlement, commence à ressentir une étrange communion avec les lieux qui semblent le mettre en garde…

Pour le lecteur, c’est une pongée lente et délicate dans un conte qui nous enveloppe comme un manteau de douceur, qui réchauffe l’âme et nous berce en nous ôtant toute résistance.

Il est des secrets qui n’en sont pas, il est des songes qui sont plus réels qu’ils n’y paraissent… Si vous êtes prêts à vous laisser porter le temps d’un rêve éveillé, je vous conseille vivement de découvrir cette ensorcelante lecture !

2 réflexions sur “« Khan Tengri: Un conte de la vie à l’endroit » – Patrick Meurice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s