« Le manteau de neige » – Nicolas Leclerc

Lu en : Février 2020

CVT_Le-manteau-de-neige_8239Titre bien de saison ! Pour son premier roman, Nicolas Leclerc sonde les profondeurs de l’esprit humain avec un soupçon de fantastique. Tout commence alors qu’une vieille dame catatonique depuis de longues années se redresse subitement, se lève et égorge son mari, pour retourner ensuite s’asseoir et retomber dans sa catatonie aussi vite. La meurtrière est tout simplement irresponsable et la victime ne semble s’attirer aucune sympathie, tout juste son fils vient-il à l’enterrement par pur respect malgré le fait qu’ils aient rompu tout contact depuis de longues années. Soutenu par son épouse et par leur fille qui souffre d’une étrange maladie, la famille se voit contrainte de passer une nuit dans la demeure où s’est produit le crime. Et cette nuit-là, la vie de leur fille, déjà bien compliquée par sa maladie qui l’empêche de toucher qui que ce soit (parents compris) bascule dans le cauchemar. En proie à des visions qui la poussent à se faire du mal, sa mère penche pour la schizophrénie, tandis que son père cherche du côté des médiums pour aider sa fille. Et pourtant, si c’était au cœur de l’histoire familiale de son père que l’adolescente devait chercher ?

Bien… Si l’intrigue est plutôt efficace bien qu’assez simple, je n’ai pas réussi à pleinement apprécier ce livre. Je ne voudrais pas pinailler (c’est pourtant ce que je vais faire !), mais un élément m’a rendue dingue pendant l’entièreté de ma lecture : l’absence quasi systématique de la moitié de l’adverbe de négation, à savoir le « ne » qui était quasiment absent à chaque fois ! Cette particularité m’a réellement posé problème dans toute ma lecture !

Exemple (3 fois en un extrait !) :

– (…) Il voulait pas que vous rameniez ces images.

– Pourquoi il m’a pas tuée aussi ?

– Parce que si tu meurs, il meurt. N’oublie jamais ça. Qui plus est, toi, tu doutes. Tu te persuades que personne ne te croit. Que tu es seule au monde.

Vous étiez pas dans la voiture. (…)

Voilà, je devais le dire ! D’autant que s’il s’agissait d’illustrer un tic de langage, j’aurais compris qu’on le prête à l’un des personnages mais pas à tous, et surtout pas une fois sur deux comme dans l’exemple (et pire encore, à quelqu’un qui dit ensuite « qui plus est  » !).

Mais si on se limite au déroulement de l’histoire, j’ai apprécié la manière qu’a eue l’auteur de développer la relation entre Katia, l’adolescente, et sa mère désemparée et cartésienne qui finit pourtant par devenir le meilleur allié de sa fille. Et finalement, moi qui ne suis pas trop branchée fantôme, j’admets que c’est plutôt bien passé, d’autant que le rythme du livre est bon, sans temps-morts. J’aurais cependant apprécié qu’on creuse plus la pathologie de Katia, assez fascinante !

Je pense que je vais garder à l’œil les prochaines parutions de l’auteur !

Un grand merci à BePolar et aux éditions du Seuil pour cette lecture !

23 réflexions sur “« Le manteau de neige » – Nicolas Leclerc

  1. Intéressant, le début me donne envie de lire, mais à moi aussi ça me dérange cet oubli de langage ! Et je suis plutôt du style à abandonner une lecture quand il y a « trop » de bizarreries dans l’écriture. Comme quand il y a trop de gros mots, ça me coupe l’envie de continuer…
    Dommage. Et merci d’en avoir parlé.

    Aimé par 1 personne

    1. Après, une fois prévenu, je pense qu’on peut donner sa chance au livre qui est globalement pas mal pour un premier bouquin ! J’avais hésité à évoquer ce problème, mais pour moi il a pris beaucoup de place dans la lecture, je pense qu’au final, j’ai un peu focalisé là-dessus, mais ça reste un bon premier roman !

      J'aime

    1. Oui, c’est ça le pire, moi aussi, mais du coup, j’ai aucun soucis à lire « j’suis pas sûre » là où un « Je suis pas sûre » va me faire tiquer… enfin, je ne sais pas si je suis claire, mais à l’écrit, soit tu fais du phonétique, soit tu fais du français, mais le mix, je n’y suis pas arrivée… Bref, j’avais prévenu, je pinaille 😁

      Aimé par 1 personne

    1. Hé bien vu qu’il se lit vite et qu’il est quand même bon pour un premier roman, peut-être que toi tu passeras au-dessus ! J’ai longuement hésité à partager ce point pour justement ne pas faire fuir d’éventuels lecteurs mais ça a quand même mis un bémol sur ma lecture… l’honnêteté est à double tranchant 😏

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s