« Paz » – Caryl Férey

Lu en : Décembre 2019

pazLes seules images qui arrivaient à mon esprit à l’évocation de la Colombie étaient celles véhiculées par Hollywood : cartels de drogue et opérations commandos avec feu d’artifice en pleine jungle… Si on me parle des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), c’est à Íngrid Betencourt que je pense alors, elle qui fut leur captive pendant de longues années.

Grâce à Caryl Férey, ma compréhension de la Colombie actuelle et de son histoire s’est considérablement améliorée, et ce n’est pas un secret que c’est exactement sous couvert d’une intrigue policière que j’aime qu’on m’enseigne l’Histoire.

Caryl Férey nous emmène à Bogotá, où même en plein redressement, la corruption et l’intimidation sont toujours monnaies courantes dans le pays. À la tête de la police,  Lautaro Bagader tente pourtant de maintenir la paix sur ses terres, à sa manière brute de décoffrage. Ancien militaire ayant participé à des opérations obscures et également fils d’un politicien influent, le voilà confronté à une pluie (presque littéralement) de corps mutilés, rappelant fortement les heures les plus sombres de la Violencia. Lautaro veut tout à la fois camoufler l’horreur de la situation pour protéger l’opinion publique et découvrir qui se cache derrière ces atrocités. La palette de coupables potentiels est large, entre les narco-trafiquants, les anciens FARC ou les anciens paramilitaires, une belle brochette de fêlés qui n’ont en commun que l’étonnante inventivité dont ils peuvent faire preuve pour torturer leurs ennemis.

Sur la route de Lautaro le loup solitaire va se dresser Diana, bien décidée à lever le voile sur ce que lui cache son « coup d’un soir »  rencontré au hasard des réseaux sociaux.

Pour éviter l’overdose de testostérone, l’auteur introduit un personnage d’une douceur infinie : Flora, formatrice investie auprès des ex-FARC, qui croit à la réinsertion et à la seconde chance, malgré un lourd passé. Et cette petite bulle de fraîcheur s’étend jusqu’à Angel, personnage sauvage mais attachant.

Ma plongée en Colombie ne me donne évidemment pas envie d’y poser mes valises pour un autre voyage que le littéraire. La violence, la corruption, la drogue sont les éléments essentiels de ce roman noir. Noir jusqu’à la dernière ligne.

Si j’ai aimé en apprendre autant, si je me suis attachée à certains personnages, j’ai souffert d’un peu de longueurs. L’autre bémol concerne la fin, qui est probablement exactement celle qu’on pourrait attendre d’un tel livre, mais qui m’a laissée désespérée…

Si vous désirez embarquer pour la Colombie, je vous souhaite un bon voyage !

17 réflexions sur “« Paz » – Caryl Férey

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s