« Il était deux fois » – Franck Thilliez

Lu en : Juin 2020

CVT_Il-etait-deux-fois_255Il est des chroniques que je redoute d’écrire, comme celle-ci… Par peur de répéter ce qui a déjà été dit cent fois, par peur de manquer de superlatifs pour décrire mon ressenti, par peur de passer pour une groupie écervelée qui n’arrive qu’à crier au génie… Voilà, ça vous situe sur le ton de ce qui va suivre !

On va commencer par le commencement : il m’avait échappé qu’un lien allait se dessiner entre le précédent one-shot « Le Manuscrit Inachevé » (mon avis ici) et ce nouvel opus, lien que m’a annoncé ma fidèle comparse de lecture (qui fut d’ailleurs la première à subir les assauts de ma béate admiration). Je précise donc que je n’avais pas relu « Le Manuscrit Inachevé » avant, mais l’ayant encore relativement bien en mémoire (et surtout pas loin dans ma bibliothèque), cela ne m’a pas gênée. Pour les novices, il n’est d’ailleurs pas indispensable de ne pas l’avoir lu, même si je trouverais cela dommage.

Entrons dans l’histoire : 2008. Gabriel Moscato est flic. Mais l’enquête qu’il mène cette fois est particulière, car voilà deux mois que sa fille s’est volatilisée. Sur ses traces, il se rend à l’hôtel de la Falaise où elle avait un job étudiant. Il s’endort sur les registres qu’il comptait bien disséquer. À son réveil, douze ans se sont écoulés. Douze ans dont il n’a absolument aucun souvenir mais qui, semble-t-il, ont fait des ravages dans sa vie personnelle. En plus de reconstituer le puzzle de sa mémoire en vrac, Gabriel doit reprendre à zéro les investigations pour retrouver sa fille, toujours pas réapparue.

Côté intrigue, je n’en dirai pas plus. Comme toujours avec Thilliez, les personnages sont charismatiques et torturés, flirtant avec la légalité pour le bien des investigations. Evidemment, le lien entre les deux intrigues a bien failli me décrocher la mâchoire. Ma première réaction a été : « Comment Thilliez a-t-il pu garder le secret de ce mécanisme machiavélique pendant deux ans ? » Et tout ce qui manquait peut-être un peu de sens dans l’opus précédent (sans que cela m’ait fait tiquer pour autant) devient l’élément-clé d’une intrigue complexe et magistrale. Voilà, on en revient à ce moment fatidique où je tourne en boucle en répétant que Thilliez est un génie… Parce que c’est le cas, et je ne vois pas comment le dire autrement !

L’auteur joue avec les paysages de son intrigue  qui serve à l’ambiance oppressante du récit. Il a d’ailleurs un vrai talent d’immersion lorsqu’il nous entraîne dans différents univers, de l’usine désaffectée à la maison bourgeoise. J’ai ainsi savouré la justesse de la description de la rue d’Aerschot, célèbre dans notre pays pour de mauvaises raisons mais qu’on est parfois contraint de traverser, au vu de sa proximité avec la gare du Nord. Une autre de ses capacités réside dans sa manière de triturer la mémoire et ses mystères, et celle-ci est une nouvelle fois mise à l’honneur autant que tourmentée dans ce roman. La construction diabolique nous happe puis nous recrache après une double fin qui ébranle, le tout en s’adressant subtilement à nos émotions de lecteurs.

Pour conclure, je suis contrainte de me ranger à l’avis collectif ! A chaque nouvel écrit, on pense que Thilliez ne peut pas faire mieux. Pourtant, année après année, il réussit ce tour de force que de repousser les limites et parvient chaque fois à mettre la barre si haut qu’elle semble devenir inaccessible. Ce n’est pas cette année que Thilliez chutera de son piédestal, et sa folie créatrice continuera longtemps de réjouir mon cœur de groupie lectrice !

35 réflexions sur “« Il était deux fois » – Franck Thilliez

  1. Elle - Twin Books

    Je ne savais pas non plus qu’il y avait un lien avec Le manuscrit inachevé, je pense l’avoir encore un peu en tête… En tout cas, tu me donnes très envie de le lire tout de suite, j’ai encore deux ou trois lectures avant normalement 😉

    J'aime

      1. Aaaaah voilà on est dans le même bateau 😂😂 effectivement c’est sa réputation ! J’avais lu celui qui se passe dans une grotte, perdu sous terre, j’avais adoré ! C’était en audio en plus, hyper addictif et sombre !

        Aimé par 1 personne

  2. Ping : Franck Thilliez – Il était deux fois | Sin City

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s