« Le Loup des Cordeliers » – Henri Loevenbruck

Lu en : Septembre 2020

Il y a des livres comme ça qui mettent tout le monde d’accord mais dont le thème principal ne m’attire pas vraiment… Dans le cas de ce livre, c’est l’époque qui ne me donnait pas forcément envie, même s’il s’agit d’un point-charnière de l’histoire française (pas la mienne, du coup 😉 ) Mais quelque chose a fait que ce livre est arrivé entre mes mains, et je m’y suis mise malgré tout sans a priori.

J’entre dans l’histoire (mais aussi l’Histoire, pour le coup !) et fais la connaissance d’un sympathique jeune homme, Gabriel Joly, fraîchement débarqué à Paris en ce mois de mai 1789 avec des rêves de journalisme plein la tête. Accueilli par son oncle, il intègre un journal officiel dans lequel il comprend assez vite qu’il ne pourra pas s’exprimer à sa guise. Parallèlement, à cette époque, les citoyens commencent à se révolter et le Roi doit impérativement trouver le moyen de calmer son peuple, ce qui n’est pas forcément facile quand ses proches sont plus prompts à comploter contre lui dans leur propre intérêt qu’à réellement agir pour améliorer les conditions de la vie des citoyens français.

Et ce vent de révolte souffle sur Paris par les voix de certaines figures légendaires (Danton, Desmoulins, Mirabeau, Robespierre, …), menant jusqu’à un célèbre 14 juillet.

Et dans cette époque troublée, un mystérieux justicier se balade avec un loup dans les sombres rues de Paris by night pour venger les damoiselles en détresse. Même si l’on n’est pas censé tuer son prochain (je ne sais plus qui a décrété ça, d’ailleurs…), finalement on n’est pas mécontent de ce que fait subir ce justicier aux ignobles agresseurs.

Gabriel est fasciné par le mystère autour de ce redresseur de torts autoproclamé et est bien décidé à le résoudre, prêtant main-forte à la police qui (déjà à l’époque) manque un peu de moyens. Dans ses pérégrinations, Gabriel fait la connaissance d’un bandit honorable, d’une bibliothécaire un peu spéciale et des grands penseurs de l’époque.

Tranquillement, sans m’en rendre compte, j’ai plongé dans cette période troublée et suivi avidement Gabriel, adorable idéaliste ; j’ai écouté les grands discours et suivi les débats qui ont mené un peuple à un grand bouleversement ; j’ai admiré Anne Josèphe Terwagne, dite Théroigne de Méricourt, héroïque féministe. L’immersion dans l’époque est totale et addictive, et finalement j’ai tellement aimé ma lecture que j’ai précommandé le tome 2 qui devrait arriver très prochainement !

Je le savais déjà, mais ce livre le confirme : Henri Loevenbuck sait tout écrire ! Sa plume est toujours surprenante, parfaitement adaptée au sujet qu’il traite et tellement soignée qu’on en perd le contact avec le monde qui nous entoure pour se placer en spectateur discret de scènes parfaitement maîtrisées, jusqu’à en humer les odeurs !

Dans ce livre, on parlera certes révolution, mais aussi journalisme, liberté de la presse, théâtre, féminisme, idéalisme… Bref, vous l’aurez compris, moi qui fus si difficile à convaincre de lire ce livre, j’aimerais maintenant vous en persuader tous !

18 réflexions sur “« Le Loup des Cordeliers » – Henri Loevenbruck

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s