C’est vous qui le dites ! – Les coups de cœur de Sacha Erbel

Présentation de la rubrique ici !

Aujourd’hui, j’ai la chance de recevoir Sacha Erbel, auteur, mais aussi flingueuse au Collectif Polar. J’ai eu la chance de rencontrer Sacha (sur les bons conseils de Geneviève) à la foire du livre de Bruxelles en 2020, et j’ai découvert à la fois une excellente auteure, mais aussi une femme adorable et dynamique, un condensé de bonne humeur communicative qui m’a fait forte impression ! Aujourd’hui, elle se prête au jeu et nous livre les coups de cœur de sa vie de lectrice ! A toi, Sacha !

Qui es-tu et où peut-on te suivre ?

Je suis Sacha Erbel, fonctionnaire de police depuis 1993 et depuis 2011, l’écriture est devenue une passion pour moi. Je suis passionnée par l’étude du comportement des tueurs en série et diplômée en Criminologie appliquée à l’expertise mentale de la faculté de médecine rené Descartes à Paris.

J’adore lire, mais j’avoue que la lecture m’a pris sur le tard, genre 19, 20 ans ! Comme quoi, il n’est jamais trop tard. Cependant, un livre, au collège, a commencé à titiller ma curiosité et a me donner le goût de l’horrifique et du glauque.

Je suis auteure de trois thrillers publiés chez Eaux Trouble éditions.

L’emprise des Sens

L’ombre de Nola

Eugène Terredefeu, les larmes du Wendigo.

J’ai une page Facebook sur laquelle tu peux retrouver mon actu et les bêtises que je fais avec mes copines de la Ligue du Chapitre 22. On a même une page, ouais !

Le collectif polar me donne aussi l’occasion de partager mes retours de lecture. Pas de chroniques, juste des petits « Sach’avis » sur les lectures qui m’ont plu !

Alors voilà quelques uns des livres qui m’ont fait vibrer, aimé la lecture ou éveiller au thriller, voire à ma fascination pour les tueurs en série.

Parlons de tes coups de cœur !

« Les Histoires extraordinaires » – Edgar Allan Poe

Les meilleures histoires extraordinaires, grotesques et sérieuses (Évasion) par Poe

À peu près 16 ans. Voilà le premier livre qui m’a éveillée au glauque et à l’étrange. Encore maintenant, je trouve que ces nouvelles sont toujours aussi… flippantes !

Ce sont mes premiers frissons de lecture et comme je le disais en présentation, à cette époque, je ne m’intéressais pas tellement à la lecture. Mais c’est à l’école qu’on m’a fait lire ce livre, alors,… merci à ma prof de français de l’époque !

Résumé Babelio :

«Poe est l’écrivain des nerfs. Chez lui, toute entrée en matière est attirante sans violence, comme un tourbillon. Sa solennité surprend et tient l’esprit en éveil. On sent tout d’abord qu’il s’agit de quelque chose de grave. Et lentement, peu à peu, se déroule une histoire dont tout l’intérêt repose sur une imperceptible déviation de l’intellect, sur une hypothèse audacieuse, sur un dosage imprudent de la Nature dans l’amalgame des facultés. Le lecteur, lié par le vertige, est contraint de suivre l’auteur dans ses entraînantes déductions. Aucun homme n’a raconté avec plus de magie l’absurde s’installant dans l’intelligence et la gouvernant avec une épouvantable logique.» Charles Baudelaire.

« L’Aliéniste » – Caleb Carr

L'Aliéniste par Carr

Malheureusement, je l’ai perdu ! Sniff !

Je devais avoir la vingtaine quand je l’ai lu. Il m’a ouvert à l’univers des tueurs en série. Miam !

J’ai tellement aimé ce livre. Thriller fabuleux qui se déroule à l’époque Victorienne. Des crimes en série terrifiants qui mettent en scène des enfants… bah t’as qu’à le lire, pis c’est tout !

En tout cas, une claque dans le domaine du thriller, pour moi !

Résumé Babelio :

New York, le 3 mars 1896. Un adolescent prostitué homosexuel est retrouvé égorgé, le corps lacéré, les yeux arrachés, la main droite tranchée, les organes génitaux découpés et enfoncés dans la bouche. Devant l’indifférence générale face au meurtre d’un marginal, Theodore Roosevelt, alors préfet de police, fait appel à ses amis Laszlo Kreizler, aliéniste, et John Schuyler Moore, chroniqueur criminel, pour traquer le meurtrier. Peu à peu, Kreizler commence à cerner la psychologie du tueur. L’étau se resserre, mais l’homme se moque d’eux, les provoque, et fait de nouvelles victimes.

Caleb Carr mêle parfaitement deux époques : le XIXe et le XXe siècles. Le langage, le style d’écriture et les personnages sont tout droit sortis des romans de Conan Doyle. En revanche, le sujet et la construction de l’intrigue sont totalement modernes, et on s’attend presque à voir surgir Harry Bosch, le héros de Michael Connelly. Il en résulte une description authentique du siècle naissant, et une intrigue haletante menée de main de maître. –Jean-Marc Laherrère

« La trilogie du Mal » – Maxime Chattam

Amazon.fr - La trilogie du mal - Chattam, Maxime - Livres

Je l’ai découvert à ses débuts et je suis tombée dedans immédiatement. Je n’avais pas encore 30 ans quand j’ai commencé à lire l’âme du Mal. In Tenebris m’a confortée dans cette découverte. Ce qui me plaît chez Maxime Chattam, ce sont ses descriptions de scènes de crime, entre autre. C’est très immersif. J’aime aussi qu’il s’essaye à d’autres styles, notamment le roman noir, que je trouve, moi, très réussi.

Résumé Babelio :

La trilogie du mal, tome 1 : L’Âme du mal :

Abandonnés au fond de la forêt ou de hangars vétustes, des cadavres comme on n’en a jamais vu, mutilés de façon rituelle, porteurs de messages cabalistiques semblables à ceux que laissait derrière lui le bourreau de Portland, avant qu’une balle dans la tête ne vienne à bout de sa carrière… Le tueur serait-il revenu d’outre-tombe ? S’agit-il d’une secte particulière qui prélève toujours les mêmes morceaux du corps de ses victimes pour d’étranges cérémonies ?
Des bibliothèques ésotériques aux égouts de la ville, l’inspecteur Brolin et une jeune étudiante en psychologie plongent dans une enquête infernale, tandis que la police scientifique et la médecine légale se perdent en conjectures. Et peu à peu, des brumes mystérieuses de la Willamette River va surgir un secret effroyable que nos deux limiers devront affronter au péril de leur âme.

La trilogie du mal, tome 2 : In Tenebris

Chaque année, des dizaines de personnes disparaissent à New York dans des circonstances étranges.
La plupart d’entre elles ne sont jamais retrouvées. Julia, elle, est découverte vivante, scalpée, entre autres sévices, et prétend s’être enfuie de l’Enfer.
On pourrait croire à un acte isolé s’il n’y avait ces photos, toutes ces photos… Jeune détective à Brooklyn, Annabel O’Donnel prend l’enquête en main, aidée par Joshua Brolin, spécialiste des tueurs en série. Quel monstre se cache dans les rues enneigées de la ville ?
Et si Julia avait raison, si c’était le diable lui-même ? Ce mystère, ce rituel… Dans une atmosphère apocalyptique, Joshua et Annabel vont bientôt découvrir une porte, un passage… dans les ténèbres.
Ce suspense qu’on ne peut lâcher va changer votre perception de la nuit …

La trilogie du mal, tome 3 : Maléfices

Une ombre inquiétante rôde dans les forêts de l’Oregon, là où se passent parfois des choses dont nul homme ne devrait rien savoir. C’est d’abord un employé de l’environnement qui est retrouvé mort, le visage horrifié. Aucune trace du criminel… Dans le même temps, des femmes disparaissent en pleine nuit, pendant le sommeil de leur époux. Pas de trace d’effraction dans les maisons… Et puis se répand une épidémie singulière, du jamais vu : les foyers de Portland sont envahis par des araignées aux piqûres mortelles. Les victimes s’accumulent et la psychose s’intensifie.
Et s’il n’y avait qu’une seule et même personne derrière tout cela ?
Un être pas comme les autres.
Peu à peu, on commence à murmurer le pire… Et s’il n’était pas humain ?
Joshua Brolin et Annabel O’Donnel s’immiscent dans l’enquête. L’ex-profiler du FBI et la détective new-yorkaise vont entrer dans la toile et faire face à l’impensable.
Une nouvelle génération de tueur.
Lorsque le suspense rencontre la pire de nos peurs..

« Le vampire de Düsseldorf » – Stéphane Bourgoin

Les confessions du vampire de Düsseldorf par Bourgoin

Entre autres, puisque c’est une collection très intéressante sur différents tueurs en série. J’avoue avoir une attention particulière pour Peter Kürten ! Lol. Assez gratiné dans son genre, il a inspiré le cinéaste Fritz Lang dans son film « M le maudit ».

J’ai à peu près 25 ans quand je m’intéresse aux recherches, d’abord du FBI sur le sujet des tueurs en série, puis de Stéphane Bourgoin. Ses écrits sont extrêmement bien renseignés. Une mine d’informations.

Résumé Babelio :

« J’étais continuellement en proie au désir – vous appellerez ça le désir de tuer – et plus il y en avait, mieux c’était. Oui, si j’en avais eu la possibilité, j’aurais tué des masses de gens. J’aurais engendré des catastrophes. Tous les soirs, j’écumais les rues de la ville à la recherche d’une victime. Mais ce n’était pas si facile que ça d’en trouver une. Lorsque je rentrais à minuit passé, parfois gorgé du sang de mes victimes, je ne faisais jamais de mauvais rêves et mes nuits n’étaient jamais troublées par le manque de sommeil. Je n’ai absolument aucun remord. Après tout, j’étais là pour accomplir ma mission. Ainsi s’exprime Peter Kürten, le vampire de Düsseldorf, dans ses hallucinantes confessions qui sont pour la première fois publiées en France dans leur intégralité. Sadique sexuel, Kürten nous dresse le portrait d’un serial killer. Ce document capital de l’histoire de la criminologie est complété par deux entretiens de l’auteur avec des vampires tueurs modernes, James Riva et Richard Chase. »

« Monster » – Patrick Bauwen

Monster par Bauwen

Comme pour Maxime Chattam, je n’en mets qu’un mais je les ai tous lu et beaucoup apprécié. J’ai découvert l’Oeil de Caine il y a des années et tout de suite accroché. Difficile pour moi d’en choisir un quand je les aime tous. Les personnages sont riches, complexes parfois, mais n’est-ce pas la nature humaine, finalement ?

Des histoires toujours très originales qui t’emmène illico dans un univers parfois bien glauque comme j’aime.

Résumé Babelio :

Mon nom est Paul Becker. Je suis médecin. Je vis dans une petite ville, en Floride. J’ai une femme, un fils, un boulot que j’aime. Une existence ordinaire. Jusqu’au jour où je découvre un téléphone portable.
L’un de mes patients l’a perdu dans mon cabinet. Un homme étrange. Dangereux. Soudain, ce téléphone sonne. Et ma vie bascule. Complots. Meurtres. Disparitions. Toutes mes certitudes vont s’effondrer. Pourquoi je vous raconte tout ça ? C’est très simple…

Votre vie va basculer aussi.

« Vacher L’Éventreur, Archives d’un tueur en série » – Marc Renneville

Vacher l'éventreur, Archives d'un tueur en série par Renneville

Toutes les archives de l’affaire Joseph Vacher. Énorme ! J’aurais aime avoir ce livre quand j’ai composé mon mémoire, bien que je me sois déjà inspirée des travaux de l’auteur.

Une Affaire très intéressante, tant dans la complexité de la personnalité de Joseph Vacher que dans la façon de mener l’affaire, mettant en exergue les début de la médecine légale et du profilage.

Résumé Babelio :

Assassin de jeunes innocents, égorgeur, violeur, éventreur, récidiviste, Vacher incarne à la fois l’ogre des contes ancestraux et la figure du monstre criminel contemporain. Lorsque survient enfin l’arrestation en 1897 de celui qui fut nommé le Jack l’éventreur du Sud-Est, sa renommée surpasse celle de son prédécesseur londonien. En prison, le tueur en série parle et s’explique. Affirmant être un grand martyr, bras armé d’un dieu vengeur, Vacher tuait au hasard de ses rencontres pour punir la France.
Plusieurs ouvrages ont été consacrés à ce tueur hors du commun depuis le film de Bertrand Tavernier, Le Juge et l’assassin, sorti en 1976. Au regard de cette production, ce livre est une vraie nouveauté et fait rupture, s’appuyant sur un grand nombre d’archives jamais sollicitées. Il plonge le lecteur dans le temps de l’affaire, de l’enquête au jugement et éclaire les enjeux d’un cas criminel qui nous parle encore au présent.

« Nous rêvions juste de liberté » – Henri Loevenbruck

Nous rêvions juste de liberté par Loevenbruck

Ce livre reste pour moi une grande et belle claque. Rares sont les fois où j’ai une larme à l’œil en fermant un bouquin. C’est le le cas ici ! Bah ouais ! Un fabuleux road trip. Un ascenseur émotionnel que j’ai adoré prendre. Une vraie réussite ! Bravo Henri !

Il ne correspond pas à un moment particulier de ma vie, mais à un moment particulier de lecture !

Résumé Babelio :

« Nous avions à peine vingt ans, et nous rêvions juste de liberté. » Ce rêve, la bande d’Hugo va l’exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l’indépendance et l’amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paye cher.

Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d’être à la fois un roman initiatique, une fable sur l’amitié en même temps que le récit d’une aventure. Avec ce livre d’un nouveau genre, Henri Lœvenbruck met toute la vitalité de son écriture au service de ce road movie fraternel et exalté.

« La servante écarlate » – Margaret Atwood

La Servante écarlate par Atwood

Pff, encore une claque ! J’ai découvert d’abord la série magistralement interprétée par Elisabeth Moss, puis le film des années 90. Et pour finir, j’ai lu l’œuvre de Margaret Atwood, sorti en 1985. une dystopie glauque et flippante, parce que la façon dont les changements se font paraît tellement plausible ! Ça fait froid dans le dos, et ma condition de femme en a été vraiment questionnée.

À lire et à voir Absolument.

Résumé Babelio :

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté.

Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s’est vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n’est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n’a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés. La série adaptée de ce chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique. Et, des décennies plus tard, l’auteure en aporte une suite resplendissante avec « Les Testaments », récompensé du Booker Prize 2019.

« Les voix meurtries » – Cécile Pellault

Les voix meurtries par Pellault

Un autre road trip délicieusement réussi de ma copine schizophrène ! Lol ! Une chanteuse qui perd sa voix, un petit garçon qui a du mal à faire entendre la sienne. Encore des montagnes russes d’émotions et de sentiments puissants.

Voilà un livre qui ferait un excellent film car très visuel et intense dans la représentation des personnages, ainsi que des situations.

Je t’invite aussi à lire sans attendre Serial Belle Fille, une comédie noire, une friandise à déguster sans modération.

Résumé Babelio :

Quand LiNa, star de la pop américaine, qui a perdu sa voix, rencontre Nicolas, un Français expatrié en Floride et papa d’un petit Jay, cela aurait pu être le Happy End de leur histoire.

Pourtant, ce sera seulement le début d’une course contre la montre avec les ennuis : la réapparition de la femme de Nicolas, Cassandra et de son amant violent, les ambitions insatiables du producteur de LiNa qui ne souffrent aucune réponse négative de la star.

La disparition de Jay, la violence du milieu de LiNa ne feront que les faire sombrer un peu plus. Auront-ils la force de tout surmonter, de puiser la force dans leur relation ou les blessures, la prison, l’alcool, l’enlèvement du petit garçon seront-ils fatales à l’image d’une plage de Floride à laquelle ils tentent de s’accrocher?

Dans cette histoire haletante, nous suivons le destin contrarié d’une voix qui ne veut plus chanter, d’un père qui a peur de ne pas en être un, d’un enfant confronté à la cruauté et à l’inconstance du monde des adultes, et, celui de tout leur entourage qui va leur tendre la main comme leur enfoncer la tête dans un océan de douleur.

« Brume » – Stephen King

Brume par King

Une nouvelle, ou plutôt un mini-roman. Une brume étrange qui cache on ne sait quelle créature. Et on ne le saura jamais. En tout cas, elle tue, ça c’est sûr ! Rien ne résiste à son passage.

J’avais adoré « Simetierre » et je continue de redécouvrir l’auteur, sa méthode d’écriture et se histoires plus hallucinantes les unes que les autres. Ses personnages sont particulièrement fouillés et complexes ! Il m’apprend beaucoup de choses !

Résumé Babelio :

De l’autre côté du lac, David ne distingue absolument rien, sinon une brume qui ne se dissipe pas.
Apparue après une tempête d’une rare violence, la masse blanchâtre et informe suscite vite l’inquiétude des habitants. Qui veulent aller se renseigner sur ce qui se passe sur la rive opposée. Mais avant d’avoir pu tenter quoi que ce soit, la brume est déjà là, d’abord infranchissable, puis oppressante, et bientôt terrifiante.

David ne peut admettre ce qu’il discerne. Défi de la nature déchaînée ou reflet de son imagination paranoïaque? Pour lui subsiste une seule, mais paradoxale certitude: tout cela ne peut être vrai…
Chacune des nouvelles de ce recueil révèle l’envers hallucinant d’un décor qui nous est familier, à mi-chemin entre avant-goût d’apocalypse et délire schizophrénique.

« Le livre de la mort » – Anonyme

Le livre des morts par Anonyme

Rock’n roll, « Tarantinesque », déjanté, psychotique… Voilà comment je qualifierais la série des Bourbon Kid. Je l’imagine comme un cow boy solitaire contemporain ! Il est sombre, torturé et quand il boit un verre de bourbon, il a la sale et malencontreuse habitude de tuer tout le monde sur son passage ! Lol.

Tu veux t’évader, ne pas réfléchir ? Juste lancer un « yeahhh, c’est bon ça ! » en pleine bagarre bien sanglante arrosée d’humour noir détonnant ?! La série des bourbon kid est pour toi !

Résumé Babelio :

Ce livre nous documente sur L’Egypte : Terre des Dieux, les rites funéraires, Le livre des morts et les demeures d’éternité.

« La cité où les pierres murmurent » – Georges Chesbro

La cité où les pierres murmurent par Chesbro

C’est mon mari qui m’a fait découvrir cet auteur il y a genre bientôt 20 ans ! Ouais, le temps passe, vindediouss ! Bref, Georges Chesbro et sa série des « Mongo » ! J’adooore ! Mongo est un détective privé, de petite taille, ceinture noire de karaté. Il était l’homme-canon dans un cirque. On l’appelait Mongo le Magnifique !

Lui et son frère Garth mènent des enquêtes souvent fantastiques, prenantes et originales. N’hésite pas, tu vas te régaler !

Résumé Babelio :

« Persépolis, telle une cité aux pierres qui murmurent, me parlait de beaucoup de choses : j’étais un étranger dans une culture totalement inconnue, très loin de chez moi, seul, ayant le mal du pays et ayant très peur de mourir sans jamais revoir un visage aimé. Engagé pour retrouver un hercule de cirque iranien, brusquement disparu à New York, Mongo Le Magnifique se trouve entraîné dans une aventure qui met en danger la vie de son frère, l’amène à traiter avec le Shah et à lutter avec la Savak, la police secrète du régime.
La Cité où les pierres murmurent est la troisième aventure du nain philosophe et acrobate, Mongo le Magnifique, à être publiée en France (L’ombre d’un homme brisé, Une affaire de sorciers, Rivages/Noir).

Voilà mes coups de cœur, entre autres ! Merci à Meslecturesdudimanche et à Nathalie ! Bisous à vous et bonne lecture !

La semaine prochaine, nous recevrons David, du blog « C’est Contagieux !« 

Un grand merci à Sacha pour cette brochette de lecture qui, je l’espère, fera gonfler vos PAL !

18 réflexions sur “C’est vous qui le dites ! – Les coups de cœur de Sacha Erbel

  1. Ping : C’est vous qui le dites ! – Nouvelle rubrique ! – Mes Lectures du Dimanche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s