Lecture Commune de Emilie & Nath #1 :« Purgatoire des Innocents » – Karine Giebel

Lu en : Avril 2021

Purgatoire des innocents par Giebel

Lorsque j’ai démarré la rubrique « C’est vous qui le dites », je me doutais bien que ça n’allait pas faire que du bien à ma PAL ! D’autant que certains titres sont revenus plusieurs fois, dont celui-ci… Et la curiosité qui me dévorait semblait avoir gagné Emilie (Saiwhisper) aussi, du blog « Les pages qui tournent« , ce qui a fini par donner lieu à une lecture commune ! Avec ma binômette Christel, nous avons vraiment pris goût aux lectures communes, mais comme nous sommes également amies dans la « vrai vie », nous échangeons régulièrement autour de nos lectures, communes ou pas ! Aussi, pour cette fois, ai-je suivi Emilie dans sa conception de la LC, et j’avoue avoir vraiment adoré ! Nos échanges quotidiens (faisons abstraction de mes grands moments de solitude quand je me cachais de mes enfants moqueurs pour faire des mémos vocaux) ont dynamisé la lecture. Alors j’en profite pour remercier Emilie pour cette très chouette expérience à renouveler !

Bien, c’était marrant, on l’a compris… Mais la lecture, alors ? C’était comment ???

L’avis d’Emilie

(Son article ici)

Quel huis-clos révoltant, éprouvant, barbare et bien ficelé ! Découvert en lecture commune avec Mes lectures du dimanche, nous n’avons pas pu décrocher de ce thriller psychologique sous haute tension. C’était si addictif ! Impossible de décrocher !… Et, en même temps, c’était si ignoble et terrifiant… Au fil des chapitres, j’ai régulièrement eu envie de hurler, de vomir et d’insulter certains protagonistes tant ce qu’ils faisaient subir à d’autres était écœurant. Vous l’aurez compris : c’est un ouvrage qui ne laisse pas le lecteur ou les personnages indemnes… Cela dit, c’est la patte sadique de Karine Giebel ! À chaque fois que j’ouvre l’une de ses publications, je sais d’avance qu’elle proposera des personnages complexes, des moments horribles, une psychologie très poussée, un rythme endiablé même s’il ne se passe pas toujours grand-chose et un final « coup de poing » qui se termine souvent mal. C’est un genre littéraire particulier toutefois, si vous appréciez les thrillers psychologiques sombres, malsains, intenses et violents qui poussent l’Humain dans ses retranchements, alors vous devriez être conquis par « Purgatoire des innocents ». Pour ma part, j’estime que c’est quasiment un sans faute. Toutefois, étant un minimum saine d’esprit, je ne peux pas clamer au coup de cœur, car j’ai été à vif tout au long des chapitres. Je n’aurais vraiment pas aimé être à la place de ces protagonistes…

L’histoire est assez originale : on va suivre un groupe de voleurs en fuite qui va se réfugier dans une maison isolée. Malheureusement pour eux, les braqueurs ignorent où ils ont mis les pieds… La femme qu’ils tiennent en otage cache énormément de secrets. Bien vite, les rôles vont s’inverser : la proie va devenir un prédateur. Et, croyez-moi, vous n’êtes pas prêts pour l’horreur indicible qui découlera de cette captivité !… J’ai réellement été fascinée par chaque étape du récit. C’est vraiment dingue ! Bien que le style de l’auteure ne me soit pas inconnu, je ne pensais pas qu’elle irait si loin… Et que dire de tous ses personnages ? Bien qu’ils soient nombreux, ils sont aisément identifiables. De plus, tous auront une personnalité approfondie. Ils auront leur part d’ombres, de mystères, de blessures, mais également de bons côtés (plus ou moins enfouis). La plupart seront également borderline, si bien que leurs actes sont impossibles à préméditer. Afin de ne pas spoiler, je n’en dirais pas plus néanmoins, j’ai été impressionnée par le tempérament de Raph, de son frère Will, de Sandra et, bien sûr, de Patrick. Des individus hauts en couleur qui vont donner envie au lecteur de connaître leur futur… Qui sortira vivant de ce huis-clos sordide où toute âme qui y pénètre finit à la dérive ? Jusqu’où iront les tortures physiques et psychologiques ?

Merci encore à Nathalie pour cette lecture commune et, surtout, pour nos nombreux échanges quotidiens ! Je suis ravie que nous ayons le même rythme de lecture et que nous ayons eu envie d’autant avancer, car c’est réellement un roman d’ambiance qu’il est difficile de lâcher. Si vous n’êtes pas une âme sensible, n’hésitez pas à venir faire un tour dans cet enfer… Je gage d’avance que vous serez marqué(e) par ce que vous y verrez… Bref, voilà un titre avec des rebondissements révoltants et maîtrisés qui aurait largement sa place à côté de « Misery » de Stephen King…

Mon avis

Mon histoire avec Karine Giebel est récente… Un premier livre que j’ai abandonné, un second qui m’a totalement ébranlée (on s’en souvient ici) parce qu’elle a ravivé de mauvaises choses. Cette fois, j’ai plongé un peu prudemment au départ. Mais j’ai rapidement été happée par une histoire totalement addictive et passionnante, et pourtant révoltante !

Après un braquage qui tourne mal, un groupe de voleurs débarquent chez Sandra, vétérinaire, afin de faire soigner l’un des leurs. Leur arrivée dans la vie de Sandra est tonitruante, et si le « chef de meute », Raph, est brusque et violent, on ressent assez vite pourtant qu’il est habité par ce fameux « code d’honneur » qu’on retrouve parfois chez les voyous. Raph est un stéréotype du grand banditisme, et il se sent responsable du ratage de leur dernier coup, d’autant que le blessé dans leurs rangs n’est autre que son plus jeune frère, Will. Sandra vit cette captivité d’étrange manière et le lecteur comprend assez vite que quelque chose cloche… Puis d’un coup, la situation se retourne contre les malfrats et on plonge dans une indicible horreur. On ose à peine respirer, on lit des choses qui nous révoltent, qui provoquent des haut-le-cœur, et l’auteur ne nous épargne rien, plantant en plein cœur sa plume acérée.

La sensation d’enfermement est omniprésente et la violence est à son apogée. Impossible de ne pas entrer en empathie avec des personnages qu’on aurait détestés dans une situation normale. J’ai admiré Raph, mais j’ai eu un coup de cœur pour Will, sa douceur qui donne l’impression qu’il n’a rien à faire dans cette galère, son courage, sa personnalité. Un jeune homme promis à un bel avenir mais qui pensait que la seule voie acceptable était celle de ses frères. Quel gâchis ! Il y a aussi le personnage de Jessica qui force le respect, mais je préfère ne rien dévoiler la concernant. De mon côté, j’ai eu un peu de mal avec Sandra, mais l’analyse juste et empathique d’Emilie dans nos échanges m’a rappelé qu’il ne nous appartient pas de nous insurger contre une absence de rébellion. Et surtout que comprendre ne signifie pas cautionner.

Concernant le final… pas de mots, juste une émotion vive et probablement inoubliable !

Ce n’est donc effectivement pas un livre à mettre entre toutes les mains, mais si vous êtes prêts à plonger dans une ambiance aussi malsaine qu’étouffante, alors foncez ! Il est clair que j’ai enfin compris pourquoi ce titre revenait aussi souvent dans la rubrique « C’est vous qui le dites ! », et d’ailleurs maintenant, je le dis aussi ! 🙂

13 réflexions sur “Lecture Commune de Emilie & Nath #1 :« Purgatoire des Innocents » – Karine Giebel

  1. Ping : « Purgatoire des innocents » de Karine Giébel – Les pages qui tournent

  2. Oui, on comprend pourquoi il revenait souvent dans ta rubrique ! ❤ Que c'était addictif !!! Merci pour cette super lecture commune qui ne nous a pas laissées de marbre. Il faut dire qu'avec de tels personnages et de tels rebondissements…
    Comme tu le sais, on remet ça quand tu veux. ^^ C'était vraiment sympathique d'échanger avec toi. J'ai adoré !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s