« Sale temps pour les grenouilles » – Isabelle Bourdial

Lu en : Septembre 2021

Sale temps pour les grenouilles par Bourdial

Moi qui suis une fervente amatrice de littérature noire, j’admets que parfois, il est bon d’alléger le ton. Difficile de croire que ledit ton sera léger quand on apprend que le thème du sujet est le harcèlement professionnel et le burn out. Et pourtant… Pourtant, ce livre qui s’ouvre sur un projet d’homicide est tout simplement désopilant. Cet homicide, c’est un Hadrien dépassé et poussé à bout par sa hiérarchie qui veut le commettre. Depuis quelques mois, lui qui était un heureux chef de service dans une bonne maison d’édition voit son quotidien bousculé. Son nouveau supérieur a une fâcheuse tendance à tout chambouler, de la distribution des rôles à la distribution des espaces, et ces habiles manoeuvres sont responsables d’un ras-le-bol général dont Hadrien est la première victime. Insidieusement, Grégoire Delahousse (vous noterez l’analogie avec Grégory House qu’Hadrien n’a pas manqué d’observer) plombe le moral de ses troupes, crée la discorde, le tout en servant des sourires aussi faux que mielleux. En bon manipulateur qu’il est, il divise pour mieux régner. Mais Hadrien ouvre les yeux. Il doit tuer Grégoire Delahousse, il en va de sa propre survie autant que de celle de sa boîte ! Le problème, c’est qu’il n’a rien d’un tueur, notre Hadrien, et sa tentative de se transformer en Dexter est plutôt foireuse ! Heureusement, il va pouvoir compter sur la bonne volonté de ses collègues et amis pour venir à bout de leur tortionnaire…

Franchement, j’ai énormément ri durant cette lecture. Mais également bien réfléchi ! La scène d’ouverture nous prouve par A+B à quel point quelque chose cloche : Quoi, le Docteur House, ce condensé d’égoïsme, de manipulation, ce tortionnaire qui pousse à bout les médecins les plus zélés, ce drogué qui manque de tuer ses patients trente fois par épisodes, qui ment comme un arracheur de dents, on l’adore ? « Non mais allô, quoi ? » Qu’est-ce qui va pas chez nous ? Et rien que ça, effectivement, ça pousse à la réflexion. Sur fond de comédie noire, l’auteur a le mérite de pointer du doigt des pratiques malheureusement courantes en management, et ce n’est pas parce que j’ai épousé mon patron que je dirai le contraire… au contraire ! 😋. J’ai tout aimé dans cette lecture : les thèmes, le ton, l’humour… J’en profite pour remercier Geneviève (du Collectif Polar) grâce à qui j’ai pu lire ce livre. Une chose est sûre, il me faut « Le raptor contre-attaque ! » !

17 réflexions sur “« Sale temps pour les grenouilles » – Isabelle Bourdial

  1. Isabelle Bourdial

    Oh, comme elle me fait plaisir, ta chronique, Nath ! Elle est originale et souligne des choses inhabituelles. Le capital sympathie du Dr House, par exemple, ou l’analogie de son nom avec le boss d’Hadrien. Tu as une manière bien à toi de résumer le livre. J’aime beaucoup ! Merci pour ton superbe retour.

    Aimé par 2 personnes

  2. Salut Nath, comment vas tu ? 🙂
    J’avais également aperçu ce titre chez Geneviève et je dois avouer qu’il fait envie ! C’est vrai qu’en y réfléchissant bien, c’est bizarre cette manie d’apprécier des personnages aussi tordus que le Dr Housse 🤭 Le pire c’est qu’on en redemanderai presque ! Merci pour cette chronique, a très vite 🙂

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s