« Te tenir la main pendant que tout brûle » – Johana Gustawsson

Lu en : Octobre 2021

Te tenir la main pendant que tout brûle par Gustawsson

Ces dernières semaines étaient remplies de sorties que j’attendais avec énormément d’impatience, ce petit nouveau de notre auteure multi-nationalités était l’une d’entre elles ! En trois romans, Johana Gustawsson s’est imposée comme l’une des figures qui comptent sur la scène du polar francophone. Mêlant à la perfection l’Histoire (avec un grand H), le suspens et l’attachement à des personnages hauts en couleur, elle a fait de ses histoires sur plusieurs temporalités une marque de fabrique. Cette fois encore, Johana va nous balader entre trois époques, à la rencontre de femmes aux destins particuliers.

Nous voici donc avec de nouveaux personnages et en de nouveaux lieux, car cette fois, c’est au Canada que l’auteure situe son action. Dans la petite ville tranquille de Lac-Clarence, en 2002, Maxine est appelée sur une scène de crime particulièrement sordide. Pauline, qui fût plusieurs années auparavant son institutrice, a massacré son mari, le lacérant de nombreux coups de couteau. Maxine doit maintenant comprendre, aidée de son équipier et d’une psychologue, pourquoi ce déferlement de violence, d’autant que certaines découvertes dans la maison de la victime ouvrent un large champ d’interrogations que le mutisme de Pauline n’aide pas à expliquer. C’est d’autant plus difficile que Maxine, veuve depuis peu, jongle avec sa vie de mère d’un bébé de quelques mois et d’une adolescente en pleine crise.

Le voyage à travers le temps et l’espace ne s’arrête pas là, et nous partons à la rencontre de Lina, en 1949. Sa vie se résume à être le souffre-douleur de ses camarades de classe, et elle trouve refuge dans une étrange amitié qu’elle développe avec une pensionnaire de la maison de repos où travaille sa mère.

Nouveau saut temporel et géographique : nous voici à Paris en 1899, sur les traces de Lucienne qui cherche à se rétablir de la disparition de ses deux filles dans l’incendie de son habitation. Son désarroi la conduit à tenter de nouvelles expériences…

Une fois de plus, la part belle est faite aux femmes, car toutes celles que nous croiserons dans ces pages sont des personnalités remarquables. Autour de thèmes forts tels que la maternité, le deuil, la recherche de soi, la sorcellerie, l’auteure parvient à tisser la toile d’une intrigue complexe. Beaucoup de passages m’ont touchée, et j’avoue que la vision de la féminité que l’auteure a fait transpirer dans ses lignes m’a énormément ébranlée et poussée à l’introspection, la mienne tout autant que celle de la société.

Toujours aussi humaine, l’auteure m’a effectivement tenu la main de bout en bout. Arrivée à la presque fin, j’ai cru qu’elle m’avait lâchée. Une conclusion abrupte qui ne m’a pas convaincue. Mais ce n’était pas la fin du voyage ! Alors, en douceur, Johana Gustawsson m’a tirée vers un final époustouflant qui, une fois encore, m’a transpercé le cœur ! Cette flèche-là, je ne l’avais pas vue venir…

17 réflexions sur “« Te tenir la main pendant que tout brûle » – Johana Gustawsson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s