« Terra Nullius » – Victor Guilbert

Lu en : Mars 2022

J’avais découvert « Douve » l’an dernier grâce à la sélection du Prix Découverte Iris Noir. Dans ce livre, mon plaisir de lecture tenait particulièrement à l’écriture assez originale portée par Hugo, le narrateur et héros. Cette fois encore, je me suis laissé entraîner à la suite d’Hugo Boloren, un drôle d’inspecteur qui fonctionne à l’intuition, laquelle lui vient sous forme de vagues qu’il appelle « la bille » et qui, pour le moment, lui fait cruellement défaut. Autre particularité de cet enquêteur hors normes : il ne sait pas mentir ! Pour un inspecteur, ce n’est pas banal car pour intimider un témoin, ne pas être capable de bluffer, ça complique l’approche !

Dans sa vie privée, tout n’est pas rose… Il doit se rendre à Lille pour accompagner sa mère qui souffre d’Alzheimer dans une clinique spécialisée. L’occasion pour lui de prêter main-forte aux enquêteurs du coin qui doivent faire face au meurtre d’un gamin agressé dans une décharge publique voisine du camp de miséreux dans lequel il vivait. Hugo espère que cette enquête lui ramènera la bille et les inspecteurs locaux sont ravis de cette aide bienvenue. Avec eux, Raphaël et Côme, il découvre cette drôle de zone, appelée terra nullius, dont ni la France, ni la Belgique voisine ne semblent vouloir revendiquer la propriété.

J’ai à nouveau ressenti cette espèce d’indolence réconfortante dans la narration d’Hugo, un je-ne-sais-quoi dans l’écriture de Victor Guilbert qui m’emporte à mille lieues de mon quotidien et je suis fascinée par cette capacité que je ne parviens pas à expliquer ! Hugo vit une enquête palpitante, mais lui, sa timidité, ses carrés de chocolat et ses doutes profonds nous la font vivre avec calme et sérénité, c’est une fois de plus ce choc entre rythme et narration qui m’impressionne le plus.

L’auteur nous dépeint également une galerie de personnages vraiment attachants, la palme revenant à celui qui en fait le moins : la victime, Jimcaale, considéré comme mort cliniquement mais dont le « débranchement » a été retardé. Il est immobile, silencieux, pourtant se dégage de lui une émotion particulière que ressentiront presque tous les protagonistes.

L’enquête prend des formes de puzzle, comme le souligneront à plusieurs reprises les enquêteurs, et force est de constater que lorsque la dernière pièce s’emboîte, le tableau est aussi parfait qu’inattendu !

Une fois de plus, j’ai passé un moment de lecture particulièrement agréable et, une fois de plus, j’ai l’impression d’être bien en peine pour exprimer mes émotions !

Cependant, tant que vous comprenez qu’il faut découvrir cet auteur, mon job est fait 😉 !

Merci à Netgalley et aux éditions Hugo Thriller pour cette lecture !

18 réflexions sur “« Terra Nullius » – Victor Guilbert

Répondre à Collectif Polar : chronique de nuit Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s