« Les larmes du lagon » – Nicolas Feuz

Lu en : Novembre 2022

Découvert avec son titre « horrora borealis » qui fut un vrai coup de cœur, je suis l’actualité de Nicolas Feuz depuis quelques années maintenant. J’aime particulièrement les personnages récurrents, aussi me suis-je vite attachée à Flavie et au procureur Jemsen. Le dernier tome de leurs aventures se clôturait sur un paragraphe particulièrement angoissant, cet opus démarre en nous en rappelant le contexte, pour mieux reculer dans le temps afin de comprendre ce qui a mené à ce coup de fil désastreux pour Flavie.

De Flavie, il n’en sera que très peu question, l’histoire se déroulant à Bora-Bora où s’est enfuie Tanja, avec qui elle a quelques vagues contacts. Recherchée sous une autre identité en Suisse, Tanja a fui, laissant ses amis Flavie et le procureur Jemsen dans l’ignorance de sa destination, pour les protéger. Mais il n’y a pas que sa destination qu’elle a cachée à ses amis. En effet, ils ignorent qu’elle n’est pas seule dans sa cavale. Elle est accompagnée de sa mère et de son fils. Toutes les conditions sont réunies pour que Tanja coule enfin des jours heureux. Mais son instinct de flic vient parasiter son désir de sérénité ! Lorsqu’elle découvre un cadavre qui ne semble pas beaucoup perturber les forces de l’ordre locales, Tanja ne se contente pas de leur explication bancale. Tanja part donc en chasse, mettant par la même occasion sa vie et celle de sa famille en danger.

Pour nous situer le contexte, Nicolas Feuz revient sur l’attentat du Rainbow Warrior, ce bateau de Greenpeace coulé par le gouvernement Français. Ce sabotage a eu lieu en 1985, et j’avoue que j’ignorais totalement ce morceau d’histoire avant que l’auteur ne me l’expose. Ça, c’est un point positif, parce que j’adore apprendre des choses en lisant.

Malheureusement, si je me suis attachée au fil des tomes à Flavie et Jemsen, il n’en va pas de même pour Tanja, et cet opus qui lui est consacré n’a pas réussi à m’émouvoir. Incapable de m’attacher aux personnages, je n’ai donc pas tremblé pour eux, même si j’avoue un pincement au cœur au final. J’admets une intrigue soignée comme Feuz en a le secret, avec un petit contexte historique instructif en prime. Mais il m’a manqué quelque chose et je suis, à mon grand regret, passée complètement à côté de cette lecture !

5 réflexions sur “« Les larmes du lagon » – Nicolas Feuz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s