Défi Lecture Commune Classique #2 – « Phèdre » – Jean Racine

Lu en : Septembre 2017

Le Défi Lecture Commune Classique, petit rappel !

C’est une idée qui est venue initialement aux esprits torturés de Nina (Le Rest’o Littéraire) et Nath (Lectures du Dimanche) qui avaient tout à la fois envie de partager des lectures tout en souhaitant revoir leurs classiques ! C’est vrai que souvent, même si nous avons envie de (re)lire de bonnes vieilles lignes qui font l’histoire de cette passion de la lecture qui est la nôtre, nombre d’excuses viennent à notre secours pour remettre cela à plus tard. Alors si plusieurs lecteurs s’associent, ça devient un défi ! On se dit qu’on lit pour nous mais aussi pour échanger, partager… Nous avons donc décidé d’en faire un rendez-vous trimestriel ! Sachant que nous serions ravies d’accueillir d’autres bloggeurs, si le cœur vous en dit ! Précisons toutefois que nous n’avons pas la prétention de faire de l’analyse d’une œuvre classique, tout juste avons-nous l’envie d’en débattre avec nos avis de profanes…

Notre choix du trimestre : « Phèdre » – Jean Racine

phèdre

L’avis de Nath

Extrait de ACTE I – Scène 1 – Personnages : HIPPOLYTE, THÉRAMÈNE

« THÉRAMÈNE :

Implacable ennemi des amoureuses lois,

Et d’un joug que Thésée a subi tant de fois ?

Vénus, par votre orgueil si longtemps méprisée,

Voudrait-elle à la fin justifier Thésée ?

Et, vous mettant au rang du reste des mortels,

Vous a-t-elle forcé d’encenser ses autels ?

Aimeriez-vous, seigneur ? »

Parodie de ACTE I – Scène 1 – Personnages : NINA, NATH

« NATH :

Implacable ennemi des si modernes lois,

Et d’un joug qu’étudiant, j’ai subi tant de fois,

Racine et ses talents, j’ai longtemps méprisé !

Voudrait-il à la fin m’accorder sa pitié ?

Et, me remettre au rang du reste des fidèles,

Qui jusqu’ici toujours l’ont lu avec grand zèle ?

Aimeriez-vous, Nina ?

Faire ceci avec moi ? »

« NINA :

Je ferai ceci avec toi

Autant qu’il te plaira !

Quelle éloquence tu as ! »

Quel plaisir, quel bonheur !

On n’en oublierait presque à quel point la langue française est riche, à quel point elle est belle ! J’aime les mots quand ils forment des histoires tordues à souhait, glauques et sanguinolentes… Mais Dieu que j’aime les mots quand, assemblés de la sorte, ils glissent et s’unissent dans un art poétique que j’ai tant aimé autrefois ! Comme lors de la première lecture classique, après la lecture de la première strophe, c’était comme avancer dans un grenier plein de toiles d’araignées… On arrive en haut avec la certitude de retomber sur de vieux trésors et, plein d’entrain, on fonce… Et on se fait arrêter par la première toile qui obscurcit la vue… Mais en deux ou trois foulées, on dépoussière et l’esprit y voit clair à nouveau… Bon, soyons totalement honnête… J’étais bien motivée à lire un soir pendant que les canons grondaient sur l’écran de télé où ma moitié regardait un film d’action… Mais je n’ai même pas tenu une page… Pour (re-)découvrir « Phèdre », il me fallait du calme ! Un calme… Olympien, tiens ! Voilà ce qui s’y prêtait le mieux ! (Vous aurez noté, j’espère, le jeu de mot d’une subtilité … douteuse ?).

Qu’en est-il de l’histoire ? Petite remise à niveau…

Phèdre, épouse de Thésée, est exilée à Trézène en compagnie de celui qui, semble-t-il aux yeux du monde, elle déteste : son beau-fils Hippolyte. Pourquoi elle le déteste ? Considération politique puisqu’elle a elle-même un fils qui pourrait, en l’absence de son père le Roi, se faire souffler le trône par son demi-frère, ce qui est moyennement du goût de sa mère… Sauf que… en vérité, Phèdre se consume d’amour pour Hippolyte ! Au point de vouloir en mourir ! De son côté, Hippolyte, dont le cœur semblait de pierre, est tombé amoureux d’Aricie… Compliqué, puisque celle-ci est la fille d’un clan ennemi dont les frères ont tous péri par l’épée de Thésée ! Alors qu’Hippolyte veut partir à la recherche de son père, on rapporte à Trézène que ce dernier est mort… La nourrice et confidente de Phèdre persuade alors celle-ci d’avouer son amour à Hippolyte afin qu’ils puissent régner ensemble… Phèdre avoue donc son amour à son beau-fils. Et c’est le moment précis que choisi Thésée pour revenir ! (Ben non, le coquin n’est pas mort !) La suite… Je spoile ou pas ? Je laisse le soin à Nina de trancher la question 😊 (Note de Nina : Nath JE T’ADORE !!! Tu es une perle !) (Note 2 : Bon j’ai spoilé haha)

L’avis de Nina

OH MAGNIFICENCE !!!! Et oui, voilà le retour de mon exclamation mascotte, qui ici à tout à fait la cote au milieu des rimes langagière du temps d’hier ! Oui, bon d’accord, je suis bien loin de Racine ! Mais tout cela pour dire que je ne sais même pas comment illustrer le bonheur de lire cette œuvre. Un pur régal ! Que je pourrais relire mille fois, simplement pour la beauté des rimes et de cette histoire sombre et tragique si joliment dite…

L’histoire d’une Phèdre mise sous son meilleur profil volontairement par Racine, pour arrondir les contours et la rendre moins insupportable. Une Phèdre qui montre une haine sans précédent pour son beau-fils au point de vouloir le faire exiler, puis qui après tant d’années avoue un amour incestueux qui la tue à petit feu. Poussée par sa nourrice, elle avoue à son beau-fils, Hippolyte, son amour pour lui, pensant son mari mort. Hors celui-ci revient, sa mort n’étant qu’une rumeur et l’on voit Phèdre mourir de honte et laisser son beau-fils accusé d’inceste vis-à-vis d’elle. C’est l’histoire dramatique d’une femme au prise d’un amour interdit qui préfère faire accuser un innocent plutôt que de subir les conséquences de sa passion. C’est l’analyse du cœur de l’Homme et de son incapacité de contrôle face à la fatalité de ses passions… (Note de Nath : Hé, c’est que c’est joliment dit, ça, Madame !)

Racine, en bon dramaturge et gratte-papier de son temps, puise dans les ressources antiques et nous livre cette pièce, alliance magique de théâtre et de poésie. Où se joue devant nous un drame mythologique dans lequel on s’attend à tout instant à voir apparaître les chœurs suppliants de la guerre de Troie ! Un bel hommage rendu aux modèles des Anciens, à cette si chère antiquité perdue ! Que ce soit dans la référence à la mythologie ou encore dans le strict respect des doctes des Anciens (Ah ! Aristote quand tu nous tiens !).

En bref, un superbe travail d’écriture qui n’a pas pris une ride et qui témoigne de l’engouement encore prépondérant pour son auteur. Racine peut être heureux, en rapport à la longue querelle du XVIIème laissant la postérité choisir des bons auteurs et de la valeur de la littérature française, je pense que l’on sera tous d’accord sur celle à lui accorder ! En langage juvénile et contemporain, je dirai : Racine t’es au max !!! Haha 😉

Est-ce que l’histoire peut trouver sa place à notre époque ?

L’avis de Nath :

Assurément non… Mais pire que cela, elle ne trouvait pas sa place à l’époque de Racine non plus ! Tout simplement parce que cette histoire, issue de la mythologie, met en scène des personnages qui ne sont finalement que le jouet des Dieux qui ont sur eux un pouvoir inhumain… Clans maudits, ancêtres divins… Tout cela n’était déjà plus contemporain de Racine mais bien d’Euripide ou d’Aristote… Pourtant, les tragédies grecques/romaines restent encore de nos jours de belles choses à voir et à revoir sur les planches… Alors finalement, si l’histoire trouve sa place à notre époque ? Assurément oui ! 😊

L’avis de Nina :

En demi-teinte avec Nath, je dirai qu’effectivement le rapport à la mythologie annihile la possibilité de l’œuvre à trouver sa place dans notre temps. Dans une époque où Dieu est sans cesse remit en question, il est bien compliqué de faire une haie d’honneur aux divers dieux présents ici. En revanche, je pense que les thèmes abordés dans la pièce tels que l’amour incestueux, le jugement hâtif d’un innocent et la trahison sont bien malheureusement toujours à l’ordre du jour… Et comme l’a si bien soulevé Nath, la littérature romaine et grecque restent à découvrir en tout temps. Alors soutenons le oui tout en gardant un non partiel au coin de la tête 🙂

Les petits « plus », les petits « moins » de cette lecture classique ?

L’avis de Nath :

  • Le plus : Ecriture magistrale…
  • Le moins : Racine se permet quelques libertés sur les écrits originaux, mais comme c’est pour rendre Phèdre moins cruelle, on lui pardonne…

L’avis de Nina :

  • Le plus : Des rimes somptueuses qui laissent chaque page se dévorer en rêvant et en souriant !
  • Le moins : J’ai beau chercher, je ne trouve pas !!! Ah si ! Pas assez long ???! Ça marche ça ma Nath ?!! 🙂 Note de Nath : Oui, ça marche, parce que c’est bien vrai !

Postscriptum

Nath : C’était génial !!!! C’est quoi, le prochain ???

Nina : Que la littérature classique est bonne ! Vivement le prochain défi comme tu dis !

 

Le petit plus pour les fidèles : La préface de Racine himself !

« Voici encore une tragédie dont le sujet est pris d’Euripide. Quoique j’aie suivi une route un peu différente de celle de cet auteur pour la conduite de l’action, je n’ai pas laissé d’enrichir ma pièce de tout ce qui m’a paru le plus éclatant dans la sienne. Quand je ne lui devrais que la seule idée du caractère de Phèdre, je pourrais dire que je lui dois ce que j’ai peut-être mis de plus raisonnable sur le théâtre. Je ne suis point étonné que ce caractère ait eu un succès si heureux du temps d’Euripide, et qu’il ait encore si bien réussi dans notre siècle, puisqu’il a toutes les qualités qu’Aristote demande dans le héros de la tragédie, et qui sont propres à exciter la compassion et la terreur. En effet, Phèdre n’est ni tout à fait coupable, ni tout à fait innocente. Elle est engagée, par sa destinée et par la colère des dieux, dans une passion illégitime, dont elle a horreur toute la première. Elle fait tous ses efforts pour la surmonter. Elle aime mieux se laisser mourir que de la déclarer à personne, et lorsqu’elle est forcée de la découvrir, elle en parle avec une confusion qui fait bien voir que son crime est plutôt une punition des dieux qu’un mouvement de sa volonté. J’ai même pris soin de la rendre un peu moins odieuse qu’elle n’est dans les tragédies des Anciens, où elle se résout d’elle-même à accuser Hippolyte. J’ai cru que la calomnie avait quelque chose de trop bas et de trop noir pour la mettre dans la bouche d’une princesse qui a d’ailleurs des sentiments si nobles et si vertueux. Cette bassesse m’a paru plus convenable à une nourrice, qui pouvait avoir des inclinations plus serviles, et qui néanmoins n’entreprend cette fausse accusation que pour sauver la vie et l’honneur de sa maîtresse. Phèdre n’y donne les mains que parce qu’elle est dans une agitation d’esprit qui la met hors d’elle-même, et elle vient un moment après dans le dessein de justifier l’innocence et de déclarer la vérité. Hippolyte est accusé, dans Euripide et dans Sénèque, d’avoir en effet violé sa belle-mère : vim corpus tulit. Mais il n’est ici accusé que d’en avoir eu le dessein. J’ai voulu épargner à Thésée une confusion qui l’aurait pu rendre moins agréable aux spectateurs. Pour ce qui est du personnage d’Hippolyte, j’avais remarqué dans les Anciens qu’on reprochait à Euripide de l’avoir représenté comme un philosophe exempt de toute imperfection ; ce qui faisait que la mort de ce jeune prince causait beaucoup plus d’indignation que de pitié. J’ai cru lui devoir donner quelque faiblesse qui le rendrait un peu coupable envers son père, sans pourtant lui rien ôter de cette grandeur d’âme avec laquelle il épargne l’honneur de Phèdre, et se laisse opprimer sans l’accuser. J’appelle faiblesse la passion qu’il ressent malgré lui pour Aricie, qui est la fille et la sœur des ennemis mortels de son père. Cette Aricie n’est point un personnage de mon invention. Virgile dit qu’Hippolyte l’épousa, et en eut un fils, après qu’Esculape l’eut ressuscité. Et j’ai lu encore dans quelques auteurs qu’Hippolyte avait épousé et emmené en Italie une jeune Athénienne de grande naissance, qui s’appelait Aricie, et qui avait donné son nom à une petite ville d’Italie. Je rapporte ces autorités, parce que je me suis très scrupuleusement attaché à suivre la fable. J’ai même suivi l’histoire de Thésée, telle qu’elle est dans Plutarque. C’est dans cet historien que j’ai trouvé que ce qui avait donné occasion de croire que Thésée fût descendu dans les enfers pour enlever Proserpine, était un voyage que ce prince avait fait en Epire vers la source de l’Achéron, chez un roi dont Pirithoüs voulait enlever la femme, et qui arrêta Thésée prisonnier, après avoir fait mourir Pirithous. Ainsi j’ai tâché de conserver la vraisemblance de l’histoire, sans rien perdre des ornements de la fable, qui fournit extrêmement à la poésie ; et le bruit de la mort de Thésée, fondé sur ce voyage fabuleux, donne lieu à Phèdre de faire une déclaration d’amour qui devient une des principales causes de son malheur, et qu’elle n’aurait jamais osé faire tant qu’elle aurait cru que son mari était vivant. Au reste, je n’ose encore assurer que cette pièce soit en effet la meilleure de mes tragédies. Je laisse aux lecteurs et au temps à décider de son véritable prix. Ce que je puis assurer, c’est que je n’en ai point fait où la vertu soit plus mise en jour que dans celle-ci. Les moindres fautes y sont sévèrement punies ; la seule pensée du crime y est regardée avec autant d’horreur que le crime même ; les faiblesses de l’amour y passent pour de vraies faiblesses ; les passions n’y sont présentées aux yeux que pour montrer tout le désordre dont elles sont cause ; et le vice y est peint partout avec des couleurs qui en font connaître et haïr la difformité. C’est là proprement le dut que tout homme qui travaille pour le public doit se proposer, et c’est ce que les premiers poètes tragiques avaient en vue sur toute chose. Leur théâtre était une école où la vertu n’était pas moins bien enseignée que dans les écoles des philosophes. Aussi Aristote a bien voulu donner des règles du poème dramatique, et Socrate, le plus sage des philosophes, ne dédaignait pas de mettre la main aux tragédies d’Euripide. Il serait à souhaiter que nos ouvrages fussent aussi solides et aussi pleins d’utiles instructions que ceux de ces poètes. Ce serait peut-être un moyen de réconcilier la tragédie avec quantité de personnes célèbres par leur piété et par leur doctrine, qui l’ont condamnée dans ces derniers temps et qui en jugeraient sans doute plus favorablement, si les auteurs songeaient autant à instruire leurs spectateurs qu’à les divertir, et s’ils suivaient en cela la véritable intention de la tragédie.»

 

4 réflexions sur “Défi Lecture Commune Classique #2 – « Phèdre » – Jean Racine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s