« Matière noire » – Ivan Zinberg

Lu en : Décembre 2019

matière noireDécidément, les éditions Cosmopolis frappent fort ! Déjà séduite dans leur catalogue par Vindicta et Miracle, je peux maintenant confirmer que Matière Noire est largement à la hauteur, et je ne tarderai sans doute pas à me faire mon opinion sur « Les Anges de Babylone » !

Quand un flic troque le flingue contre la plume, c’est toujours percutant. A l’instar d’un Norek, les faits sont concis et incisifs. On va très vite plonger dans le bain d’une double enquête. L’une est menée par Bek en marge de ses activités à la BAC, puisqu’il agit pour aider une vieille amie de la cité qui s’inquiète de la disparition de sa fille, Inès. L’autre, par Jacques, un retraité des Renseignements Généraux qui occupe ses heures creuses comme journaliste pour « Crime Hebdo » et couvre actuellement le meurtre d’une joggeuse. En creusant, Jacques s’aperçoit que ce meurtre est peut-être lié à d’autres affaires plus anciennes. Flairant tant la résolution de cold cases que le scoop, les réflexes du vieux limier s’avèrent très efficaces.

Quelque chose nous dit d’emblée que nos deux protagonistes finiront bien par se rencontrer, ce qu’on ignore, c’est l’issue de la chasse à l’homme qui est lancée.

Je l’ai aimée, cette issue qui nous cueille par surprise. Tout comme j’ai aimé le cynisme omniprésent dans les lignes, savourant particulièrement les petits coups de griffes balancés entre deux lignes à l’encontre des politiques, des institutions, du show-biz… Je me suis régalée des remarques acerbes, mordantes à souhait !

On sent bien sûr l’expérience policière qui transpire à chaque ligne. Si l’on n’en était pas déjà persuadé, ces mots suffiraient à nous convaincre qu’être flic relève plus d’un sacerdoce que d’un métier.

Ivan Zinberg maîtrise parfaitement chaque ficelle qu’il tire et nous entraîne à sa suite dans les méandres de deux enquêtes minutieuses, directes et sans fioritures, menées tambour battant par des personnages terriblement attachants. C’est réaliste, c’est efficace, ça fait le job ! Et si le mien est fait correctement, vous êtes déjà en train d’enfiler vos chaussures pour vous rendre à la librairie la plus proche !

19 réflexions sur “« Matière noire » – Ivan Zinberg

      1. Je partage totalement ton ressenti. Je pense que le lecteur/lectrice d’aujourd’hui recherche la vraisemblance, le côté réaliste dans un thriller. Les flics ont cette expérience, c’est leur vie, leur métier alors ça donne d’excellents auteurs comme Olivier Norek et aujourd’hui Ivan Zinberg. Merci, je suis certain de le lire 🙂

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s