C’est vous qui le dites ! – Les coups de cœur de Clarence Pitz

Présentation de la rubrique ici !

Aujourd’hui, c’est avec beaucoup de fierté que je reçois par ici Clarence Pitz, qui succède à Ophélie qui est justement celle qui m’a présenté Clarence dans la « vraie » vie ! Une rencontre qui, aujourd’hui encore, fait vibrer mon petit cœur de chroniqueuse… Clarence a écrit deux livres que j’ai particulièrement adoré : « La parole du chacal » (Quoi, on dit des chacaux ???) et « Ineffaçables« .

Clarence, donc, c’est une pétillante et jolie blonde dont il vaut mieux se méfier, eu égard à ce qu’on trouve dans ses livres ! Alors, quelles sont les pépites de sa vie de lectrice ?

Qui es-tu et où peut-on te suivre ?

Sur la page Facebook : https://www.facebook.com/ClarencePitzauteur

Sur Instagram : https://www.instagram.com/clarencepitz/

Parlons de tes coups de cœur !

« L’écume des jours » – Boris Vian

L'Ecume des jours par Vian

Le seul roman que j’ai lu plusieurs fois. La première fois, j’avais 14 ou 15 ans et j’avais été obligée de le lire pour l’école. J’avais enchaîné avec tous les autres ouvrages de l’auteur et je les avais dévorés.

J’aime redécouvrir ce roman au fil de ma vie car il est riche en interprétations et j’y trouve chaque fois de quelque chose de nouveau et je ressens ma lecture différemment.

L’écume des jours, c’est un petit bijou de littérature pataphysique, une œuvre intemporelle où pourtant le temps règne en maître, cruel, implacable. C’est une histoire d’amour aussi, existentielle, surréaliste, profonde. L’absurde côtoie l’abstraction des notes de jazz, l’irréel sublime la sombre vérité de notre monde, le puéril purifie la noirceur de l’âge adulte, l’humour édulcore la tristesse.

Bref, je crois que je vais le sortir (encore une fois) de ma bibliothèque dans pas longtemps…

Résumé Babelio :

Dans un univers mêlant quotidien et onirisme, ce premier roman conte les aventures de Colin, de Chick, d’Alise et de la belle Chloé. Deux histoires d’amour s’entremêlent : Colin est un jeune homme élégant, rentier, qui met fin à son célibat en épousant Chloé, rencontrée à une fête, tandis que son ami Chick, fanatique transi du philosophe vedette Jean-Sol Partre, entretient une relation avec Alise. Tout irait pour le mieux sans les forces conjuguées de la maladie (Chloé est victime d’un « nénuphar » qui lui dévore le poumon) et du consumérisme (Chick consume ses ressources dans sa passion pour Jean-Sol Partre) qui s’acharnent sur les quatre amis. La plume alerte de Boris Vian, qui multiplie les néologismes poétiques et les jeux de mots (le pianocktail, le biglemoi, les doublezons…) semble le faire par politesse, car sous ses dehors de roman d’amour pour éternels adolescents, l’Ecume des Jours est un piège qui étouffe petit à petit le lecteur et les personnages. A l’image de la maladie de Chloé qui s’étend, la légèreté et l’innocence qui ouvrent le roman sont progressivement contaminées par le drame.

Un classique moderne, salué à sa sortie par Raymond Queneau comme « le plus poignant des romans d’amour contemporains ».

« Des souris et des hommes » – John Steinbeck

Des souris et des hommes par Steinbeck

Une histoire simple qui révèle pourtant toute la complexité des hommes. Une tragédie sous fond d’Amérique rurale pendant la Grande Crise, sous le soleil de Californie. Un roman court et juste qui relate la vie rêvée de Lenny et Georges en contraste avec leur vie réelle. Ouvrir ce roman, c’est sourire devant une amitié sincère et sans limites, c’est avoir le cœur qui se serre de pitié, c’est verser une larme au moment de lire les dernières lignes.

Résumé Babelio :

En Californie, pendant la Grande Crise, Lennie et George vont de ferme en ferme. Ils louent leurs bras en attendant le jour où ils auront leur ferme à eux, avec un petit bout de luzerne pour élever des lapins. Lennie, malgré sa taille de colosse, n’a pas plus de malice qu’un enfant de six ans ; George veille sur lui, le protège du monde qui n’est pas tendre aux innocents. Le soir, ils se racontent leur rêve, celui de la maison et des lapins. Mais allez savoir pourquoi, les rêves de certains finissent toujours en cauchemars.

TOUS les Chick Bill

Chick Bill L'integrale complet T0 à T20 - 21 x hc - - Catawiki

Je sais, c’est de la BD. Mais je suis tombée dans la marmite quand j’étais petite ! Enfant, j’étais plus BD que romans. J’ai un rapport particulier au dessin et à l’image. D’ailleurs, j’aurais voulu faire la bande dessinée comme études mais il en a été autrement. Les Chick Bill, je les ai tous lus, relus et rerelus. Mon grand-père me les lisait aussi, en boucle. Je les connaissais par cœur. Parfois, il faisait semblant de se tromper d’un mot et je le corrigeais tout de suite. L’œuvre de Tibet, c’est toute mon enfance.

Résumé Babelio :

Toujours accompagné de Petit Caniche, un petit indien, ainsi que du shérif de Wood City, Dog Bull, et de Kid Ordinn, shérif adjoint, Chick Bill est entraîné dans de folles péripéties.

« Alex » – Pierre Lemaître

Alex par Lemaitre

Mon thriller de référence. Un début sur des chapeaux de roues, étonnant, captivant. Des twists à gogo quand on s’y attend le moins. Une construction des personnages parfaite. Une histoire qui prend aux tripes et un véritable page turner. What else ?

Je n’en dis pas plus car les amateurs du genre doivent le découvrir sans tarder.

Résumé Babelio :

Qui connaît vraiment Alex ?
Elle est belle. Excitante.
Est-ce pour cela qu’on l’a enlevée, séquestrée et livrée à l’inimaginable ?
Mais quand la police découvre enfin sa prison, Alex a disparu.
Alex, plus intelligente que son bourreau.
Alex qui ne pardonne rien, qui n’oublie rien ni personne.

Un thriller glaçant qui jongle avec les codes de la folie meurtrière, une mécanique diabolique et imprévisible où l’on retrouve le talent de l’auteur de Robe de marié.

« La théorie Gaïa » – Maxime Chattam

La théorie Gaïa par Chattam

Je cite celui-là mais j’aurais pu citer n’importe quel thriller de ses débuts. C’est celui dont l’univers m’a le plus envoûtée car une partie de l’histoire se passe au Pic du Midi et j’étais moi-même, à ce moment-là, en pleine montagne. Comme je m’étais cassé le bras et que je ne pouvais plus skier, je montais au plus haut restaurant d’altitude avec mon livre et je ressentais tout à fait son atmosphère froide et enneigée.

Résumé Babelio :

La terre, dans un futur proche…
Les chiffres parlent d’eux-mêmes : multiplication des catastrophes naturelles, instinct de prédation en pleine recrudescence, accroissement exponentiel des tueurs en série… La planète se meurt et nous sommes son cancer.
L’Humanité est son propre virus.
Appelés d’urgence par la Commission européenne, un couple de chercheurs prend conscience du chaos qui s’annonce. Dans un monde livré aux éléments, où toute la violence de l’homme semble éclater soudain, le secret d’État se révèle explosif. Inavouable.
Survivront-ils ?
Survivrons-nous ?

« Le vide » – Patrick Senécal

Le Vide par Senécal

J’ai mis beaucoup de temps à trouver une lecture qui soit aussi forte, intense. J’éprouve encore des frissons en repensant à la fameuse scène dont je ne dirai rien pour ne spoiler personne (mais ceux qui ont lu le livre la reconnaîtront sans que je doive donner d’indice).

Une construction étonnante, telle une tour de Jenga prête à s’effondrer mais qui pourtant reste debout, une psychologie des personnages travaillée en profondeur, une plume naturelle à l’accent québécois. Un OVNI littéraire bien que le thème principal ne soit pas innovant (ou en tout cas, plus actuellement). Mais il est exploité d’une manière unique et totalement originale. 

Résumé Babelio :

Pierre Sauvé. À l’orée de la quarantaine, veuf, père d’une fille de vingt ans. Sergent-détective à la police municipale de Drummondville, il enquête sur un quadruple meurtre qui toutes les apparences d’un crime passionnel. Frédéric Ferland.

Début de la cinquantaine, divorcé, père de deux adultes qu’il ne voit guère, il cherche depuis des années l’excitation ultime, celle qui donnera un sens à son existence et à la vie en général, qu’il a toujours trouvée terne. Psychologue, il exerce sa profession dans la ville de Saint-Bruno.

Maxime Lavoie. Trente-sept ans, célibataire, idéaliste… et milliardaire. Il y a deux ans, il a quitté ses fonctions de président de Lavoie inc. pour devenir le producteur et l’animateur de Vivre au Max, l’émission de télé-réalité la plus controversée de l’heure… mais aussi la plus populaire.

Trois hommes différents, trois existences que tout sépare. Or, contre toute attente, leurs chemins se croiseront bientôt et leur vie en sera bouleversée à jamais. Tout comme celle de milliers de gens… tout comme la vôtre !

« Les piliers de la terre » – Ken Follet

Les Piliers de la terre par Follett

Tout le monde me disait que je devais ABSOLUMENT le lire. À juste raison… Une fois commencé, je n’ai plus pu le lâcher. Je l’ai terminé de nuit, lors d’un retour de vacances, sur le siège passager d’une voiture, en m’éclairant d’une lampe de poche. Roman historique, politique, romance, thriller, saga… ce livre parvient à couvrir une multitude de genres. Un petit chef-d’œuvre.

Résumé Babelio :

Dans l’Angleterre du XIIe siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent pour s’assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l’amour, ou simplement de quoi survivre.
Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle.
La haine règne, mais l’amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes.

Abandonnant le monde de l’espionnage, Ken Follet, le maître du suspense, nous livre avec « Les Piliers de la Terre » une œuvre monumentale dont l’intrigue, aux rebonds incessants, s’appuie sur un extraordinaire travail d’historien. Promené de pendaisons en meurtres, des forêts anglaises au cœur de l’Andalousie, de Tours à Saint-Denis, le lecteur se trouve irrésistiblement happé dans le tourbillon d’une superbe épopée romanesque dont il aimerait qu’elle n’ait pas de fin.

« Tokyo » – Mo Hayder

Tokyo par Hayder

J’ai écouté ce livre en audio book. Encore aujourd’hui, résonnent dans ma tête les chapitres sur le massacre de Nankin, d’une rare et belle cruauté. Souvent qualifiée de glauque voire de voyeuriste, la plume de Mo Hayder reste pour moi une des meilleures du thriller international. Les sujets sont rudes, traités de manière abrupte et ponctués de scènes chocs. Tokyo est le livre de sa collection que j’ai préféré. Sans doute pour le côté historique et dépaysant puisqu’il nous balade entre un Tokyo moderne et une Chine du passé.

Résumé Babelio :

Quand Grey débarque à Tokyo sans attaches, argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher. Sa rencontre avec Jason, pour lequel elle éprouve une fascination immédiate, est déterminante : il lui trouve un toit, une maison délabrée vouée à la démolition, et un emploi dans un club à hôtesses très privé. Ses clients ? Des yakuzas et un étrange infirme accompagné d’une nurse à la silhouette monstrueuse… Mœurs inavouables, violence, écrasant secret… Ce nouvel univers est pourtant familier à Grey. le but de son voyage ? Retrouver un mystérieux film à l’existence contestée datant de l’invasion de la Chine par les Japonais. Un seul homme pourrait l’aider. Un survivant du massacre qui refuse de répondre à ses questions…

« Dracula » – Bram Stoker

Dracula - Texte intégral par Stoker

LE classique de la littérature de vampires, celui qui crée le mythe, qui inspire, et qui, pour moi, reste inégalable. Seule Anne Rice est aussi parvenue à me transporter au pays imaginaire de l’ail, des crucifix et des morsures dans la gorge.

Dracula est un roman épistolaire lent, dramatique et esthétique qui nous plonge au cœur des Carpates, à une époque qui n’est plus. Un classique plein de charme à (re)découvrir.

Résumé Babelio :

Jonathan Harker, jeune notaire, est envoyé en Transylvanie pour rencontrer un client, le Comte Dracula, nouveau propriétaire d’un domaine à Londres. A son arrivée, il découvre un pays mystérieux et menaçant, dont les habitants se signent au nom de Dracula.
Malgré la bienveillance de son hôte, le jeune clerc ne peut qu’éprouver une angoisse grandissante.
Très vite, il se rend à la terrifiante évidence: il est prisonnier d’un homme qui n’est pas un homme. Et qui partira bientôt hanter les nuits de Londres…

Grand classique de la littérature de vampires, best-seller de tous les temps après la Bible, « Dracula » est une source d’inspiration inépuisable.

« Les lieux sombres » – Gillian Flynn

Les lieux sombres par Flynn

Une véritable peinture de l’Amérique rurale profonde, un tableau à la fois dur (très dur !) et émouvant, une œuvre touchante qui prend aux tripes et vous laisse dans un état mélancolique. Les lieux sombres, c’est l’american scene de Grant Wood et l’american way façon Edward Hopper. Une des rares lectures dont je ne suis pas ressortie indemne.

Résumé Babelio :

Début des années 1980. Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs sont assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de 15 ans. Ce fait divers émeut tout le pays, et la jeune Libby devient un symbole de l’innocence bafouée.

Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby, qui ne s’est jamais remise du drame, souffre de dépression chronique.

Encouragée par une association d’un type très particulier, elle accepte pour la première fois de revisiter les lieux sombres de son passé. C’est là, dans un Middle West désolé, dévasté par la crise économique et sociale, qu’une vérité inimaginable commence à émerger.

Et Libby n’aura pas d’autre choix pour se reconstruire, et peut-être enfin recommencer à vivre, que de faire toute la lumière sur l’affaire, quelles qu’en soient les conséquences.

Bien loin des clichés et du manichéisme qui encombrent la plupart des thrillers contemporains, Gillian Flynn nous offre ici une intrigue d’une densité rare, des personnages complexes, tragiques, terriblement humains.

Considérée dès son premier roman, « Sur ma peau », comme l’une des voix les plus originales du thriller contemporain, elle confirme avec ce livre, où l’on retrouve son style intense et viscéral, son immense talent.

Un immense merci à Clarence pour ce partage qui, j’en suis persuadée, continue de faire gonfler vos PAL !

La semaine prochaine, c’est au tour de Nina (le Rest’o Littéraire) de nous faire part de ses coups de cœur !

17 réflexions sur “C’est vous qui le dites ! – Les coups de cœur de Clarence Pitz

  1. Merci pour ces découvertes !

    J’ai aimé L’écume des jours que j’ai lu au lycée. Mais sans l’analyse de mon prof, je pense que je serais passée à côté de certaines choses. En tout cas, j’en garde un très bon souvenir.
    Je ne connais pas du tout les Chick Bill ! 😮

    Très contente de voir du Pierre Lemaître ! Il a une super plume. Idem pour Chattam (j’ai d’ailleurs adoré La théorie de Gaïa !).
    Le vide est percutant ! Une sacrée lecture qui ne laisse pas de marbre. A découvrir…

    Je ne les ai pas lu, mais les adhérents de ma bibliothèque adorent les Piliers de la Terre, les Mo Hayder et les Gillian FLynn.

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : C’est vous qui le dites ! – Nouvelle rubrique ! – Mes Lectures du Dimanche

Répondre à lespagesquitournent Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s