« Est-ce que ce bruit dans ma tête te dérange ? » – Steven Tyler

Lu en Décembre 2016

tylerDéjà un moment que j’ai acheté ce livre totalement par hasard, esseulé dans un bac à l’entrée d’une grande surface… J’ai vu la tête de Tyler, le titre totalement allumé comme l’image que j’ai de lui, il n’en fallait pas plus pour qu’il atterrisse dans mon caddy… pour finir par prendre la poussière dans ma bibliothèque puisqu’à dire vrai, je n’affectionne pas du tout les biographies… Mais, en ces temps de fêtes, et après avoir pensé Aerosmith pendant des semaines en préparant une super surprise de Noël à mes filles avec mise en scène et tout le tremblement, dans l’unique but de les voir bondir de joie en comprenant que je les emmènerais en juin prochain voir « en vrai » le Démon hurler[1] à Cologne, j’ai eu envie d’apprendre à connaître qui était vraiment Steven Tyler avant de le « rencontrer » en chair et en os ! Précisons d’abord que je ne suis pas groupie, pas même en ce qui concerne Bon Jovi (mon groupe préféré) car je suis avant tout sensible à la musique, à des mélodies, à des paroles… Et en général, peu importe qui se cache derrière. Mais Steven Tyler, que je suis sur Instagram, semble une personnalité tellement attachante que j’ai ouvert ce livre avec les yeux plein d’étoiles… Il y a beaucoup de choses qui touchent dans ce livre… Et aussi beaucoup de choses que j’aurais préféré ignorer jusqu’à la fin de mes jours, notamment cette anecdote sur Jimi Hendrickx… (Beurk… non mais vraiment…) Steven est difficile à suivre, le livre saute constamment d’un moment à l’autre, dans un foutoir chronologique total ! Un peu comme si Steven était en face de nous en train de parler de lui autour d’un verre. D’ailleurs, à plusieurs reprises, il s’exprime avec un « Tu vois ce que je veux dire ? » ou un « T’en penses quoi, toi ? T’aurais fait quoi, toi ? » Ça rend le livre plus précieux parce qu’on a vraiment l’impression qu’il se livre, mais d’un autre côté, ce qu’on découvre, c’est le versant sombre de la Star, le côté obscur de la Force, toutes ces choses qui font que, derrière le clinquant, les paillettes, les disques d’or et les embrassades sur scène, il y a des êtres humains que leur entourage prend pour des pompes à fric, des gamins sur la pente raide que des gens pseudos bien intentionnés poussent carrément dans le vide… C’est une vie entre débauche et addictions, entre musique et trahisons. Avec un public avide qui en veut toujours plus et des médias racoleurs qui recrutent autour des Stars elles-mêmes pour choper le scoop le plus humiliant, le plus vendeur… Il est probable que ce cumul d’infidélité n’aide pas à vivre sainement, ajoutez à cela des problèmes de santé… En définitive, la lecture de ce livre m’a fait du mal pour Steven, et j’ai franchi la limite qu’il ne fallait pas franchir. Car, si leur musique nous est destinée (c’est juste leur job !), les Stars pour autant ne nous appartiennent pas, tout comme il ne nous appartient pas de les juger et tout comme les fans hystériques n’ont absolument aucun droit de leur demander des comptes ! J’aimerais pouvoir convaincre le monde entier de cela, afin que ces personnalités aient droit à une vie en dehors de la scène, aient droit à des amitiés sincères qui ne vont pas étaler la moindre boutade dans le premier canard venu… Mais ça, ce n’est pas demain la veille ! Pour finir plus dans le ton, je devrais dire qu’avec Steven Tyler, le slogan Sexe, Drogue et Rock ‘n Roll prend tout son sens… Merci Steven… Maintenant je vais passer les prochaines semaines à m’efforcer d’oublier tout ce que j’ai lu pour que la magie du 20 juin prochain soit totale…

[1] « The Demon Of Screaming » : surnom de Steven Tyler

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s