Les « Top 10 du Noir 2022 » de Mes Lectures du Dimanche pour le Collectif Polar !

Une nouvelle fois, Geneviève, porte-flingue du Collectif Polar, va nous proposer une série d’articles dans lesquels nous aurons droit aux tops 2022 de ses flingueuses, de ses indics, mais aussi de ses lecteurs ! L’occasion pour moi, une nouvelle fois, de revenir sur mes lectures les plus marquantes de l’année !

Cette année a été l’une de mes années les moins riches en lectures, puisque j’ai péniblement passé le cap des 55 lectures à l’heure où je rédige ce top ! La faute à plein de choses, mais on n’est pas là pour parler de ce qui n’a pas fonctionné mais bien de ce qui a marqué l’année !

Je propose de vous livrer les 10 titres francophones de mon top 2022 dans l’ordre dans lequel je les ai découverts, et je vous ajoute un petit bonus « hors frontières » 😉

« Délivre-nous du mal » – Chrystel Duchamp

Ma chronique complète ici

(…) Dans cet étrange tableau, des protagonistes vont proposer une solution radicale à un mal qui ronge la société depuis la nuit des temps. Pari réussi pour l’auteure qui, bien au-delà d’une traditionnelle enquête policière, nous embarque sur les chemins cabossés de la raison qui s’égare, le tout avec la fluidité d’une plume qui rend la lecture d’autant plus attrayante ! Vous l’aurez compris, c’est un nouveau coup de cœur pour une auteure qui a bien conforté sa place dans ma liste de chouchous ! (…)

Résumé Babelio :

Février 2018. Anaïs sollicite l’aide de son ami Thomas Missot, commandant à la PJ de Lyon. Pour elle, pas de doute, sa sœur Esther a été enlevée. Pourquoi aurait-elle, sinon, laissé derrière elle ses clés de voiture, ses papiers et son téléphone portable ?
Les mois passent et, tandis que l’enquête s’enlise, d’autres jeunes femmes se volatilisent. Jusqu’à ce qu’un corps soit retrouvé pendu dans une usine désaffectée, le crâne rasé, la langue sectionnée. Puis un deuxième…
Thomas sait désormais qu’un tueur en série sévit dans la région. Mais il ignore encore que ces cadavres ne sont que la partie immergée du plan machiavélique d’un individu avide de vengeance…

« L’oiseau bleu d’Erzeroum » – Ian Manook

Ma chronique complète ici

(…) Sans colère aucune, l’auteur nous a offert une histoire de celles qui marquent au fer rouge et pour toujours le cœur et l’âme des lecteurs. Plus d’une fois, ma vue s’est brouillée, et plus d’une fois, aussi, j’ai souri tendrement avec l’envie de protéger ces personnages. Mention spéciale à mon préféré, Agop, qui menacerait certainement de me tuer s’il apprenait quels doux sentiments il m’inspire ! Une ode à la vie et à la liberté, payées au prix le plus fort et le plus ignoble, voilà la promesse que contient cet incroyable roman qui, à coup sûr, restera parmi mes lectures les plus inoubliables ! (…)

Résumé Babelio :

L’odyssée tragique et sublime de deux petites filles rescapées du génocide arménien.
1915, non loin d’Erzeroum, en Arménie turque. Araxie, dix ans, et sa petite soeur Haïganouch, six ans, échappent par miracle au massacre des Arméniens par les Turcs. Déportées vers le grand désert de Deir-ez-Zor et condamnées à une mort inéluctable, les deux fillettes sont épargnées grâce à un médecin qui les achète comme esclaves, les privant de leur liberté mais leur laissant la vie sauve.
Jusqu’à ce que l’Histoire, à nouveau, les précipite dans la tourmente. Séparées, propulsées chacune à un bout du monde, Araxie et Haïganouch survivront-elles aux guerres et aux trahisons de ce siècle cruel ? Trouveront-elles enfin la paix et un refuge, aussi fragile soit-il ?
C’est autour de l’enfance romancée de sa propre grand-mère que Ian Manook, de son vrai nom Patrick Manoukian, a construit cette inoubliable saga historique et familiale. Un roman plein d’humanité où souffle le vent furieux de l’Histoire, une galerie de personnages avides de survivre à la folie des hommes, et le portrait poignant des enfants de la diaspora arménienne.

« Cinabre » – Nicolas Druart

Ma chronique complète ici

(…) Comme un hôte privilégié, le lecteur pénétrera dans l’un des plus somptueux et énigmatiques hôtels de Toulouse. L’hôtel exercera sur nous la même puissante aura que sur Elliot : un soupçon de peur, une dose de mystère et une profusion de luxe et de divertissements qui nous happent dès le début ! Et pendant que la ville vit dans la terreur d’un tueur aux motivations des plus obscures, Elliot s’enfonce dans une addiction envoûtante. (…)

Résumé Babelio :

Cinabre, c’est la couleur de l’hôtel le plus chic de Toulouse, étau de velours fréquenté par une clientèle fortunée. Un rouge minéral qui rappelle la couleur du sang.
L’hôtel Ferdinand fut le théâtre d’un quadruple homicide dans les années 1980. Son directeur, Eugène Ferdinand, y massacra sa famille avant d’être abattu par la police. Toute sa famille sauf Richard, petit dernier miraculé. C’est lui même qui décidera trente ans plus tard de rouvrir l’établissement… Mais on n’efface pas à coups de travaux monumentaux une réputation sulfureuse.
Les Rois de Pique sont six anciens camarades de promo qui ont fui l’hôpital pour se lancer en indépendants. Lorsque l’un d’eux disparaît après avoir soigné une cliente de l’hôtel Ferdinand, personne ne semble s’en émouvoir. Seul Elliot Akerman, infirmier sensible et sans concession, va partir à sa recherche.
Pendant ce temps, Toulouse vit sous la terreur d’un tueur qui attaque ses victimes au sabre. Est-il isolé ? Et qui doit se sentir menacé ? Pour le capitaine Aubert et son équipe, c’est le début d’un combat sans fin contre une hydre voilée par des nappes de sang.

« Dans les brumes de Capelans » – Olivier Norek

Ma chronique complète ici

(…) on va replonger la tête la première dans l’humanité à la sauce Norek, et ça, c’est toute la puissance de la plume de cet ex-flic ! Pour autant, si l’émotion est un élément-clé de la signature littéraire de Norek, l’intrigue ici est totalement inédite ! On change de fonctionnement, on sort du traditionnel, et Norek se renouvelle avec brio, pour notre plus grande joie ! On notera également une narration plus profonde, moins urgente mais pas moins prenante ! Une écriture soignée, donc, qui permet une immersion complète dans cet étrange paysage de Saint-Pierre, envoûtant et un peu hors du temps. Un important travail de fond est réalisé dans la description des personnages, qui sont un magnifique et cruel exemple de ce dont l’humanité regorge, le pire comme le meilleur. Le tout se termine en apothéose par un final qui peut surprendre mais qui n’aurait pas pu être différent ! (…)

Résumé Babelio :

Le grand retour du capitaine Coste, tant attendu par les lecteurs d’Olivier Norek.
Une île de l’Atlantique, battue par les vents, le brouillard et la neige…
Un flic qui a disparu depuis six ans et dont les nouvelles missions sont classées secret défense…
Sa résidence surveillée, forteresse imprenable protégée par des vitres pare-balles…
La jeune femme qu’il y garde enfermée…
Et le monstre qui les traque.
Dans les brumes de Capelans, la nouvelle aventure du capitaine Coste se fera à l’aveugle.

« L’île des damnés » – Angelina Delcroix

Ma chronique complète ici

(…) il y a pas mal de leçons à tirer de cette histoire, à commencer par notre propension à juger trop vite… Une fois de plus, Angelina Delcroix nous rappelle que rien n’est tout noir ou tout blanc. Son arme à elle, c’est l’écriture et, comme à chaque fois, elle a été redoutablement efficace sur moi ! (…)

Résumé Babelio :

Une île abandonnée aux pires criminels du pays. Une flic en mission d’infiltration. Un aller simple pour l’enfer sans promesse de retour. En plein doute professionnel, l’adjudant Joy Morel se voit confier une mission secrète : infiltrer une île abandonnée où sont exilés les pires criminels. Elle doit se faire passer pour l’une d’entre eux afin de tenter de retrouver une psychocriminologue disparue. Mais le danger est partout dans cet enfer .
Rien n’effraie Angélina Delcroix qui signe à nouveau un polar noir, éprouvant et palpitant.

« L’aigle noir » – Jacques Saussey

Ma chronique complète ici

(…) L’ensemble m’a plu pour plusieurs raisons. Il y a d’abord ce décor, idyllique et très présent, dans lequel l’auteur nous a parfaitement immergés. Puis les bribes d’intrigues qui semblent distinctes. On se rend évidemment compte rapidement que rien n’est aussi simple qu’il n’y paraît. C’est aussi cette structure imbriquée qui m’a beaucoup plus, car j’aime les intrigues complexes. Les personnages font également partie des éléments qui m’ont charmée, car ils sont très creusés et très attachants. Le dénouement également, ni tout blanc, ni tout noir, ressemble à l’essence même de ce qu’on trouve dans l’espèce humaine ! Le tout est livré sur un rythme qui percute et qui m’a régalée. Carton plein, me concernant, pour ce thriller dynamique et dépaysant, minutieusement construit. Je recommande ! (…)

Résumé Babelio :

Une île de rêve
Un tragique accident
Le thriller de tous les dangers
La Réunion, 2020. Un sorcier vaudou tisse sa toile autour de l’obscure Eglise qu’il a fondée loin de son Togo natal. Un homme meurt dans une terrible attaque de requin. Une petite fille se replie sur sa détresse de jour en jour. L’île, malgré ses paysages entre lagons turquoise et montagnes luxuriantes, n’a rien du paradis auquel Paul Kessler s’attendait. Pourtant, cet ex-commandant de police n’aspirait qu’à un peu de tranquillité jusqu’à sa rencontre, à Toulon, avec Hubert Bourdonnais.
Trois ans plus tôt, ce riche industriel a quitté l’archipel en confiant la direction de la vanilleraie familiale à Pierre, son fils unique. Mais celui-ci est décédé dans un crash d’hélicoptère. Et si la gendarmerie a conclu à un accident, Hubert Bourdonnais, lui, ne croit pas à cette thèse. Face à ses doutes, Kessler a accepté de mener l’enquête, sans imaginer qu’il serait confronté à une réalité bien sombre

« De nulle part » – Claire Favan

Ma chronique complète ici

(…) J’ai adoré cette lecture ! L’humanité et la cruauté s’y côtoient, des mondes que tout oppose s’y percutent, et le destin, cet enfoiré, le plus cruel de tous les personnages, écrase toutes les tentatives de ses proies pour lui échapper. L’histoire est déjà suffisamment poignante, pas besoin d’en faire des tonnes et l’auteure l’a bien compris. La sobriété de sa plume est une lame qui ne rate jamais sa cible : notre cœur ! (…)

Résumé Babelio :

Chatou. Fin des années 1990. Deux nouveaux-nés sont trouvés et confiés à l’Assistance publique. Des jumeaux que l’existence va vite se charger de séparer.
Trappes. 2020. Balloté de foyers sordides en familles d’accueil, Antoine, dit « Tony », s’est construit tant bien que mal avec l’idée que la vie est un combat. Il lutte pour mener de front études de droits et petits boulots, et qui sait : dépasser sa condition.
Alors que tout ce qu’il réussit à faire est d’accumuler les dettes, se présente un beau jour à sa porte un certain Raphaël. Raf, c’est son frère, sa copie conforme et son exact contraire, un hériter qui a les codes et la confiance qui va avec. Raf a un plan qui peut changer le destin de son frère. Passé la surprise de la première rencontre, Tony hésite à qualifier la visite de providentielle. Car il n’oublie pas : l’échec est inscrit en lui depuis son premier cri. Mais il reste l’espoir. Cet espoir qui engendre le supplice.

« Comme une image » – Magali Collet

Ma chronique complète ici

(…) Magali Collet nous revient en force avec ce récit glaçant qu’elle livre, pour la plus grande partie, au travers du regard de cette particulière gamine de 9 ans qui est tout sauf une enfant comme les autres. Plusieurs thèmes sont distillés, tels que l’adultère, les familles recomposées (mention spéciale à Ségolène, dont les sentiments sont merveilleusement décrits et dont je ne peux que confirmer la justesse, étant moi aussi une belle-mère à qui l’on confie la plupart des rôles d’une mère tout en lui en refusant les droits…). Magali Collet touche également à l’aveuglement dont se rendent parfois coupables les parents, non par négligence, mais parce qu’il est très difficile d’être lucide et objectif lorsqu’il s’agit de notre chair, notre sang. Un coup de maître, une fois de plus, pour cette superbe voix qui met de l’émotion dans le polar ! Magistrale Magali ! (…)

Résumé Babelio :

Lalie a 9 ans, un teint de pêche et des joues roses. Elle a aussi deux frères et des chatons, une belle-mère et deux maisons.
C’est une enfant intelligente et vive, une grande sœur attentionnée et une amie fidèle.
C’est la petite fille que chacun aimerait avoir.
D’ailleurs, tout le monde aime Lalie.
Tout le monde doit aimer Lalie.
C’est une évidence.
Il le faut.

« Du fond des âges » – René Manzor

Ma chronique complète ici

(…)  impossible de ne pas être agrippée aux pages qui ne se tournent qu’avec frénésie. Le puzzle est complexe mais ô combien magistral ! Le récit est très imagé, très cinématographique, mais l’écriture apporte en plus une large batterie d’émotions. Parce qu’il y a bien sûr l’inquiétude, voire même la peur primale qui colle à la peau dans les parties qui se déroulent en Antarctique, puis cette autre peur, au présent, qui est presque fataliste (« Il est trop tard pour avoir peur », confirme la quatrième de couverture)… N’est pas en reste la complexité des rapports parentaux face à l’absence puis au retour de l’enfant… La différence entre la manière dont réagissent le père et la mère de Nateo est crédible et sonne juste. Il y a une puissance et une émotion qui nous accompagne tout au long du récit, avec la conviction que l’homme, dans son infinie quête de savoir et de puissance, s’est encore pris pour Dieu, inconscient (ou indifférent ?) face aux ravages qu’il risque pourtant de provoquer… (…)

Résumé Babelio :

Nouvelle-Zélande. Un petit garçon court à perdre haleine dans les rues de Christchurch, poursuivi par un homme armé. Des coups de feu éclatent. À l’hôpital, on découvre que l’enfant a été porté disparu il y a trois ans. Il s’appelle Nateo, c’est le fils du célèbre explorateur Marcus Taylor. Pourquoi le retrouve-t-on maintenant ? Était-il séquestré ? S’est-il enfui ? Et qui peut vouloir tuer un enfant de huit ans ?
Un an auparavant, le glaciologue Marcus Taylor dirige une mission de scientifiques envoyés dans une base implantée en plein milieu de l’Antarctique. Quand ils arrivent sur place, ils découvrent des bâtiments saccagés et déserts. L’équipe précédente a disparu sans laisser de trace.
Quel lien y a-t-il entre la réapparition de l’enfant et cette expédition qui tourne au cauchemar ?
Une chose est sûre. Il est trop tard pour avoir peur…

« La part du démon » – Mathieu Lecerf

Ma chronique complète ici

(…) Cristian, Manny et Esperanza ont un commun la ténacité et la témérité, ce qui donne un thriller puissant et dynamique. L’histoire n’est pas en reste, car elle est bien plus complexe que ce que l’on pourrait croire de prime abord. La construction, passablement déroutante mais finalement extrêmement bien foutue, secoue le lecteur, engendrant chez moi un grave problème de frustration à chaque fois que j’ai dû interrompre ma lecture pour reprendre le cours normal de mes activités. (…)

Résumé Babelio :

Certaines pulsions sont irrépressibles.
Une religieuse sauvagement assassinée et mutilée, à Paris, ça n’arrive jamais. Pourtant, c’est la première affaire du lieutenant Esperanza Doloria à son arrivée au 36, rue du Bastion.
Au couvent où enquêtent Esperanza et le capitaine Manuel de Almeida, la religieuse est décrite comme un ange. Et qui voudrait tuer un ange ? Mais un mystère plane autour d’elle. À l’orphelinat où elle enseignait, les enfants semblent terrorisés… Certains prétendent même subir de terrifiantes expériences médicales. Disent-ils la vérité ou sont-ils manipulés ?
Esperanza se jette corps et âme dans cette enquête. Manuel, lui, est persuadé que seuls le sang-froid et la raison permettront de la résoudre. Se trompe-t-il ? Le grand patron de la brigade criminelle en est convaincu. Et bientôt Esperanza se retrouvera seule face à un complot démoniaque que le diable lui-même renierait…
Laissez-vous surprendre par Mathieu Lecerf la nouvelle voix du polar français.
Lauréat du Prix Bête Noire des Libraires 2021.
Lauréat du Prix Nouvelles Voix du Polar 2022.

Bonus « étranger » : « Un profond sommeil » – Tiffany Quay Tyson

Ma chronique complète ici

(…) Chacun de nous porte en soi les traces d’un passé, connu ou non, et c’est de cette transmission dont il est question. Il est aussi question de choix qui changent radicalement le cours d’une vie, de la culpabilité qui fait grandir trop vite, des vérités qui ne sont pas toujours bonnes à dire mais qui, tues, peuvent être dévastatrices. Il est aussi question de loyauté, de responsabilités, d’amour, pas forcément au sens romantique du terme. C’est l’histoire d’une absence trop présente. C’est l’histoire d’une région. C’est l’histoire des femmes. C’est beaucoup d’histoires à la fois, contées avec la langueur qui sied à l’humide climat du Mississippi. Toute l’émotion est dans la retenue, dans cette vie que raconte Bert, sans fard mais avec tellement d’humanité ! Une réussite que cette plongée dans ce roman noir, brut, cruel et magnifique. (…)

Résumé Babelio :

White Forest, Mississippi. Cachée au milieu de la forêt, la carrière fascine autant qu’elle inquiète. On murmure que des esprits malveillants se dissimulent dans ses eaux profondes. Par une chaude journée d’été, Roberta et Willet bravent toutes les superstitions pour aller s’y baigner avec leur petite sœur, Pansy. En quête de baies et à la faveur d’un orage, ils s’éloignent de la carrière. Quand ils reviennent, Pansy a disparu.
Quelques années plus tard, Roberta et Willet, qui n’ont jamais renoncé à retrouver leur sœur, suivent un indice qui les mène dans le sud de la Floride. C’est là, dans les troubles profondeurs des Everglades, qu’ils espèrent trouver la réponse à toutes leurs questions.

Je profite de cet article pour vous souhaitez à tous une très bonne année 2023. Je termine 2022 de bien étrange manière, mais c’est l’occasion de recentrer mes valeurs, de me rappeler de ce qui compte vraiment…

19 réflexions sur “Les « Top 10 du Noir 2022 » de Mes Lectures du Dimanche pour le Collectif Polar !

  1. Ce bilan est vraiment chouette Nath ! C’est exactement le genre de titre qui me botte, chacun d’entre eux. Et devine quoi, je n’en ai lu aucun. 🤭 Je connais les auteurs (pour certains) mais je n’ai pas eu l’occasion de me plonger dans ces romans ci, il va falloir corriger ça en 2023. 😇
    Je te souhaite à toi et tes proches une très belle nouvelle année, faites de bonheur, de grandes découvertes et de joies. ☺️🎉

    Aimé par 1 personne

      1. C’est vrai, je vais prendre garde au suite, mais pour celui d’Olivier Norek, je me souviens bien des trois précédents donc pas de soucis de ce côté là. 😉 Contrairement à ceux d’Angelina Delcroix ou j’ai un peu de retard. 😇 Mais oui, je pense que pour 2023 certains titres seront de la partie, merci !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s